Catégorie : Roman

Lire Seul dans Berlin, d’Hans Fallada, 1947

Cette ressource a pour but d’aider à la découverte du roman de Hans Fallada, Seul dans Berlin. Après une présentation détaillée de l’œuvre,  on propose un parcours de lecture du roman qui se concentrera sur l’intrigue centrale du livre, du fait de la longueur du livre.

Dans ce parcours, on trouvera

en caractères romains, les chapitres retenus pour la lecture,
dans les paragraphes en italiques, le résumé des chapitres dont la lecture ne sera pas exigée. Soit, près d’un tiers du livre.

La plupart des personnages du roman habitent le même immeuble, au 55 rue Jablonski, à Berlin. Pour faciliter la lecture, on pourra fournir aux élèves une liste des habitants de cet immeuble, étage par étage (ou, mieux encore, leur demander de l’établir au fil de la lecture). On en trouvera une en annexe.

A la suite de ce parcours, on proposera des groupements de textes complémentaires.

L’édition utilisée est celle de la collection folio, n° 5941,, traduction de Laurence Courtois, 2014.

Lire et étudier Être sans destin, Imre Kertész, Éditions Actes Sud, 2002. Fiction et témoignage dans Être sans destin ?

Ces réflexions permettent d’aborder un roman qui retrace l’expérience de déportation d’un adolescent, racontée du point de vue de cet adolescent, et de travailler sur la façon dont le témoignage se lit, dans la fiction et le point de vue décalé du jeune garçon. Elles éclairent des spécificités de l’histoire hongroise, permettant de mieux saisir tous les enjeux de ce récit majeur du vingtième siècle. Imre Kertész, tout en utilisant les topoï du récit de déportation et de captivité, les retourne et fait saillir des problématiques inhérentes aux liens entre témoignage et création littéraire. Ce travail propose l’étude de trois extraits emblématiques de cette langue et de ce regard neufs, l’arrivée au camp, l’expérience de la presque-mort et le retour à Budapest où il faudra dire quelque chose de cette expérience.

L’ironie dans Être sans destin, Imre Kertész, Éditions Actes Sud, 2002

Ce travail complète l’étude d’Être sans destin, pour en éclairer ce qui en fait la principale difficulté pour les élèves, l’ironie. Imre Kertész fait porter à son narrateur György Köves, jeune adolescent déporté, un regard naïf, souvent décalé, sur la réalité des camps, dont il découvre progressivement l’horreur infinie. Il s’agit de montrer aux élèves comment l’ironie met en lumière l’inhumanité des camps, créant parfois un malaise pour le lecteur qui n’est pas toujours facile à analyser.