Catégorie : Auteurs et textes

Daniel Mendelsohn, Les Disparus, Flammarion, 2007 ; J’ai lu, 2009 (traduction française de Pierre Guglielmina). The Lost : A Search for Six of Six Million, Harper Collins Publishers, 2006

Séverine Bourdieu Résumé Cette ressource est destinée à accompagner la lecture et l’étude du récit de Daniel Mendelsohn Les Disparus en œuvre intégrale. On y trouvera des informations sur l’auteur et sur la structure...

Lire et étudier Être sans destin, Imre Kertész, Éditions Actes Sud, 2002. Fiction et témoignage dans Être sans destin ?

Ces réflexions permettent d’aborder un roman qui retrace l’expérience de déportation d’un adolescent, racontée du point de vue de cet adolescent, et de travailler sur la façon dont le témoignage se lit, dans la fiction et le point de vue décalé du jeune garçon. Elles éclairent des spécificités de l’histoire hongroise, permettant de mieux saisir tous les enjeux de ce récit majeur du vingtième siècle. Imre Kertész, tout en utilisant les topoï du récit de déportation et de captivité, les retourne et fait saillir des problématiques inhérentes aux liens entre témoignage et création littéraire. Ce travail propose l’étude de trois extraits emblématiques de cette langue et de ce regard neufs, l’arrivée au camp, l’expérience de la presque-mort et le retour à Budapest où il faudra dire quelque chose de cette expérience.

C’est en hiver que les jours rallongent, Joseph Bialot, Editions du Seuil, 2005. Une Odyssée de la mémoire

Cette ressource propose une lecture commentée, accompagnée d’extraits choisis, de C’est en hiver que les jours rallongent de Joseph Bialot, visant à s’interroger sur les enjeux d’un témoignage quelque 80 ans après et sur des choix d’écriture particulièrement inattendus. Dans une langue qui lui est propre, mêlant pureté poétique et parler populaire, l’auteur superpose images du retour en France depuis l’Ukraine par la mer et souvenirs de la détention à Auschwitz. Les deux Odyssées, celle à bord du Bergensfjord et celle de la mémoire, s’entremêlent, se font écho et se regardent pour permettre un retour au monde.

L’ironie dans Être sans destin, Imre Kertész, Éditions Actes Sud, 2002

Ce travail complète l’étude d’Être sans destin, pour en éclairer ce qui en fait la principale difficulté pour les élèves, l’ironie. Imre Kertész fait porter à son narrateur György Köves, jeune adolescent déporté, un regard naïf, souvent décalé, sur la réalité des camps, dont il découvre progressivement l’horreur infinie. Il s’agit de montrer aux élèves comment l’ironie met en lumière l’inhumanité des camps, créant parfois un malaise pour le lecteur qui n’est pas toujours facile à analyser.

Lire collectivement Un Sac de billes de Joseph Joffo. Projet pour la classe de sixième

Cette ressource propose une séquence complète pour étudier avec une classe de sixième Un Sac de billes de Joseph Joffo en œuvre intégrale. Fondée sur la participation de tous les élèves répartis par groupes et par missions, cette séquence permet de travailler la restitution et l’éclairage historique du livre, ainsi que l’oralisation et l’analyse d’extraits concrets. On trouvera donc ci-dessous le déroulement global de la séquence et le dispositif détaillé pour chaque séance, ainsi que des outils précis (résumés, axes historiques, choix d’extraits, questionnements) permettant de mettre efficacement en place ce travail dans une classe.

Lire et étudier Aucun de nous ne reviendra de Charlotte Delbo

Cette ressource a pour objet d’accompagner la lecture et l’étude du texte de Charlotte Delbo, Aucun de nous ne reviendra, en œuvre intégrale. A cette fin, elle propose aux enseignants trois parcours possibles dans l’œuvre : le premier autour de la question du langage, le second de la déshumanisation et le troisième du corps. Pour chacun de ces parcours, on trouvera un choix d’extraits de l’œuvre qui pourront faire l’objet d’une lecture en classe et permettront de travailler la problématique retenue. Par ailleurs, afin de prolonger la réflexion sur le thème choisi, on pourra trouver des propositions de textes et documents complémentaires variés, ainsi que des suggestions de lectures cursives et de documents artistiques (relevant du cinéma ou des arts plastiques). Enfin, les extraits de l’œuvre sont mis dès que possible en lien avec des vidéos de témoignages de déportés, issues du site mémoiresdesdeportations.org : leur exploitation pourra faire l’objet d’un travail interdisciplinaire avec le professeur d’histoire.

« Silence », Mensonges, Valérie Zenatti, Editions de l’Olivier, 2011

Résumé :

Cette ressource propose des pistes pour lire et étudier avec des élèves de 3ème ou de lycée le chapitre « Silence » extrait de Mensonges de Valérie Zenatti. Conte qui peut être lu comme une allégorie d’Auschwitz, ce texte de la traductrice d’Appelfeld permet aux jeunes (et moins jeunes) lecteurs de réfléchir à la question des valeurs humaines et de leur négation et de comprendre qu’au milieu de la barbarie les formes de solidarité peuvent être nombreuses. Hommage de la traductrice à son auteur, ces pages empruntent beaucoup à l’univers d’Aharon Appelfeld. C’est pourquoi, il peut être une entrée tout à fait pertinente pour faire découvrir l’écrivain israélien, qui fit le choix de la fable poétique pour retracer ce qu’il appelait dans Histoire d’une vie sa « légende intime ».

L’espérance d’un baiser, Raphaël Esrail

Résumé :

Cette ressource vise à construire une séquence autour de ce récit de vie publié en 2017. L’étude de la photographie de la première de couverture peut amener la classe à définir deux problématiques possibles : une problématique générique, celle du témoignage historique comme contrepoint au romanesque ; une problématique de registres, de tonalité et de thématiques : la barbarie versus l’espérance. Par ailleurs, deux corpus de textes permettent de traiter deux grandes thématiques : dire l’horreur de manière à éclairer les jeunes lecteurs ; l’humanisme sauvegardé de Raphaël Esrail.