Auteur :  

Daniel Mendelsohn, Les Disparus, Flammarion, 2007 ; J’ai lu, 2009 (traduction française de Pierre Guglielmina). The Lost : A Search for Six of Six Million, Harper Collins Publishers, 2006

Séverine Bourdieu Résumé Cette ressource est destinée à accompagner la lecture et l’étude du récit de Daniel Mendelsohn Les Disparus en œuvre intégrale. On y trouvera des informations sur l’auteur et sur la structure...

L’histoire de Paul Rosenberg, marchand d’art, narrée par sa petite-fille Anne Sinclair, 21 rue La Boétie, Grasset, 2012. Une histoire relayée actuellement par une exposition temporaire du Centre Pompidou

Marie-Laure Lepetit Entre les tableaux laissés rue La Boétie, les soixante-quinze accrochés sur les murs de la maison de Floirac ou roulés dans le garage, et les cent soixante-deux du coffre de Libourne, quatre...

Lire Seul dans Berlin, d’Hans Fallada, 1947

Cette ressource a pour but d’aider à la découverte du roman de Hans Fallada, Seul dans Berlin. Après une présentation détaillée de l’œuvre,  on propose un parcours de lecture du roman qui se concentrera sur l’intrigue centrale du livre, du fait de la longueur du livre.

Dans ce parcours, on trouvera

en caractères romains, les chapitres retenus pour la lecture,
dans les paragraphes en italiques, le résumé des chapitres dont la lecture ne sera pas exigée. Soit, près d’un tiers du livre.

La plupart des personnages du roman habitent le même immeuble, au 55 rue Jablonski, à Berlin. Pour faciliter la lecture, on pourra fournir aux élèves une liste des habitants de cet immeuble, étage par étage (ou, mieux encore, leur demander de l’établir au fil de la lecture). On en trouvera une en annexe.

A la suite de ce parcours, on proposera des groupements de textes complémentaires.

L’édition utilisée est celle de la collection folio, n° 5941,, traduction de Laurence Courtois, 2014.

Lire et étudier Être sans destin, Imre Kertész, Éditions Actes Sud, 2002. Fiction et témoignage dans Être sans destin ?

Ces réflexions permettent d’aborder un roman qui retrace l’expérience de déportation d’un adolescent, racontée du point de vue de cet adolescent, et de travailler sur la façon dont le témoignage se lit, dans la fiction et le point de vue décalé du jeune garçon. Elles éclairent des spécificités de l’histoire hongroise, permettant de mieux saisir tous les enjeux de ce récit majeur du vingtième siècle. Imre Kertész, tout en utilisant les topoï du récit de déportation et de captivité, les retourne et fait saillir des problématiques inhérentes aux liens entre témoignage et création littéraire. Ce travail propose l’étude de trois extraits emblématiques de cette langue et de ce regard neufs, l’arrivée au camp, l’expérience de la presque-mort et le retour à Budapest où il faudra dire quelque chose de cette expérience.

Nous vivons cachés – Récits d’une Romni à travers le siècle, Ceija Stojka, traduit de l’allemand (Autriche) par Sabine Macher, éditions Isabelle Sauvage, 2018. Auschwitz est mon manteau et autres chants tziganes, Ceija Stojka, traduit de l’allemand (Autriche) par François Mathieu, éditions Bruno Doucey, 2018

Gabrielle Napoli Ceija Stajka, une femme artiste mise à l’honneur[1]        C’est une femme et une artiste hors du commun, Ceija Stojka, qui est mise à l’honneur en ce début d’année 2018,...

Daniel Mendelsohn, Les Disparus, Flammarion, 2007 ; J’ai lu, 2009 (traduction française de Pierre Guglielmina). The Lost : A Search for Six of Six Million, Harper Collins Publishers, 2006

Séverine Bourdieu   L’Holocauste n’est pas quelque chose qui a simplement eu lieu, […] c’est un événement qui est toujours en cours.  Daniel Mendelsohn   Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après...

C’est en hiver que les jours rallongent, Joseph Bialot, Editions du Seuil, 2005. Une Odyssée de la mémoire

Cette ressource propose une lecture commentée, accompagnée d’extraits choisis, de C’est en hiver que les jours rallongent de Joseph Bialot, visant à s’interroger sur les enjeux d’un témoignage quelque 80 ans après et sur des choix d’écriture particulièrement inattendus. Dans une langue qui lui est propre, mêlant pureté poétique et parler populaire, l’auteur superpose images du retour en France depuis l’Ukraine par la mer et souvenirs de la détention à Auschwitz. Les deux Odyssées, celle à bord du Bergensfjord et celle de la mémoire, s’entremêlent, se font écho et se regardent pour permettre un retour au monde.