Primo Levi, Elie Wiesel, Joseph Bialot : quels mots pour le dire ?

Proposition de séquence littéraire propédeutique à la lecture de textes testimoniaux ou à l’écoute de témoignages

Marie-Laure Lepetit

 

Résumé 

Cette séquence à caractère propédeutique a pour objectif de préparer les élèves :

  • soit à la lecture d’une œuvre testimoniale intégrale,
  • soit à l’étude d’un corpus de textes testimoniaux ou/et de témoignages vidéo disponibles sur le site memoiresdesdeportations.org.

Entrées d’index

Mots clés : corpus de textes ; dire l’indicible ; langage ; lexique ; silence

Index géographique : Auschwitz ; Birkenau ; Buchenwald ; Monowitz

Discipline : français

Niveaux : 3ème ; Terminale

Les témoins

Joseph Bialot, né à Varsovie en 1923, s’installe en France en 1930. Il est arrêté à Grenoble en juillet 1944 et déporté le mois suivant à Auschwitz.

Primo Levi, né à Turin en 1919. En octobre 1943 il rejoint la résistance. Il est arrêté en décembre 1943 et déporté à Auschwitz en février. Il est affecté à l’usine Buna de Monowitz. Elie Wiesel, né en Roumanie en 1928. Il est déporté à Auschwitz-Birkenau avec sa famille en mai 1944, puis transféré à Buchenwald en janvier 1945


Cette séquence à caractère propédeutique a pour objectif de préparer les élèves :

  • soit à la lecture d’une œuvre testimoniale intégrale,
  • soit à l’étude d’un corpus de textes testimoniaux ou/et de témoignages vidéo disponibles sur le site memoiresdesdeportations.org construit pour traiter l’une des grandes questions humaines suivantes : la question des causes, celle du Mal, celle de la dignité humaine et de sa négation programmée et planifiée à travers des gestes et procédures d’humiliation -déshumanisation des victimes mais aussi des bourreaux-, celle de la culture, la notion de barbarie collective, celle de résilience, de résistance au désespoir, de solidarité humaine, celle également d’universalité etc. [1]

Elle s’inscrit dans un travail collaboratif avec le professeur d’Histoire : elle ne peut se dérouler en cours de français qu’une fois que le contexte a été posé de façon précise en cours d’Histoire, que les notions essentielles de déshumanisation, de mépris et de négation de l’humain, d’anéantissement ont été explicitées.

Reposant sur la lecture d’un corpus de textes faisant entendre la voix de trois auteurs survivants de la Shoah, P. Levi, E. Wiesel et J. Bialot, cette courte séquence permettra de sensibiliser les élèves à la question du témoignage : comment témoigner ?  Quels mots pour le dire ? « L’extermination est comme un tremblement de terre [2] qui aurait détruit les instruments permettant de le mesurer. Nous sommes toujours à la recherche du mot juste et du récit adéquat pour le raconter… »[3]

Par la lecture et le commentaire collectif du corpus de textes qui suit, le professeur amènera les élèves à prendre conscience du fait que le témoin qui prend la décision de raconter à l’écrit son expérience concentrationnaire  élabore un travail, celui de l’écriture, qui est une mise à distance entre ce qu’il a vécu et ce qu’il produit comme récit rétrospectif. Cette mise à distance passe nécessairement par une réflexion sur le langage,  et ce d’autant plus que cette question toute littéraire du langage, à savoir celle des mots à employer pour le dire, se pose de façon particulièrement sensible quand il s’agit de décrire une expérience inhumaine, une expérience « à la limite », comme la qualifie Paul Ricoeur[4]. Car comment dire l’indicible ? Comment mettre ça en mots ? Les survivants qui veulent témoigner se trouvent confrontés à l’abîme absolu, celui de la totale inexistence d’un lexique pour décrire la réalité qu’ils ont subie : leur expérience inhumaine n’a pas d’équivalent dans le langage humain, elle ne peut être traduite avec les mots existants. « Il y a, dans l’histoire des camps, ‘quelque chose’, présent chez les survivants, qui ne peut être ni défini ni décrit en termes humains.  », écrit Joseph Bialot quand il décide en 2002 de raconter sa déportation à Auschwitz.

On pourra, par conséquent, ouvrir cette séquence en faisant visionner sur le site memoiresdesdeportations.org la vidéo intitulée « On ne trouvait pas les mots pour raconter »[5].

 

Corpus de textes et pistes de réflexion possibles

Primo Levi, extraits de Si c’est un homme

Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte : la démolition d’un homme. En un instant, dans une intuition quasi prophétique, la réalité nous apparaît : nous avons touché le fond. Il est impossible d’aller plus bas : il n’existe pas, il n’est pas possible de concevoir condition humaine plus misérable que la nôtre.

De même que ce que nous appelons faim ne correspond en rien à la sensation qu’on peut avoir quand on a sauté un repas, de même notre façon d’avoir froid mériterait un nom particulier. Nous disons « faim », nous disons « fatigue », « peur » et « douleur », nous disons « hiver », et en disant cela nous disons autre chose, des choses que ne peuvent exprimer les mots libres, créés par et pour des hommes libres qui vivent dans leurs maisons et connaissent la joie et la peine. Si les Lager avaient duré plus longtemps, ils auraient donné le jour à un langage d’une âpreté nouvelle ; celui qui nous manque pour expliquer ce que c’est que peiner tout le jour dans le vent, à une température au-dessous de zéro, avec, pour tous vêtements, une chemise, des caleçons, une veste et un pantalon de toile, et dans le corps la faiblesse et la faim, et la conscience que la fin est proche.

Pistes de réflexion possibles

Primo Levi contextualise en posant la notion de « démolition d’un homme » autour de laquelle il tourne en employant des expressions comme « touché le fond », « impossible d’aller plus bas », « condition plus misérable que la nôtre ».

Mais il sent pertinemment que ces termes sont en-deçà de la réalité qu’il veut décrire. Il pose alors le problème du langage qui n’existe pas pour dire cette expérience vécue car le langage est humain et l’expérience vécue est inhumaine. C’est pourquoi, pour la dire, il conviendrait d’inventer un nouveau langage, « un langage d’une âpreté nouvelle », un langage qui aurait été inventé si les camps « avaient duré plus longtemps ». Cette même idée, nous la retrouverons chez E. Wiesel.

C’est en recourant à des exemples concrets, sorte d’hypotypose visant à matérialiser pour faire sentir : « peiner tout le jour dans le vent, à une température au-dessous de zéro, avec, pour tous vêtements, une chemise, des caleçons, une veste et un pantalon de toile, et dans le corps la faiblesse et la faim, et la conscience que la fin est proche ».

Joseph Bialot, extrait de la Préface de C’est en hiver que les jours rallongent 

« On ne compte plus les récits sur la déportation. Ils se sont accumulés.

En vain. Tout le monde écoute, personne n’entend. Peut-être l’horreur ne peut-elle s’écrire qu’avec des hiéroglyphes non encore décryptés à ce jour ?

Malgré tout leur talent, les quatre auteurs qui ont le plus fidèlement rendu compte de ce magma infernal, David Rousset, Robert Antelme, Primo Levi et André Lacaze sous une forme plus légère, n’ont fait que décrire la partie visible de l’iceberg. Il semble impossible d’aller au-delà, sauf à prendre le risque de délirer.

Il y a, dans l’histoire des camps, « quelque chose », présent chez les survivants, qui ne peut être ni défini ni décrit en termes humains. La mort vécue ne peut pas se raconter, pas plus qu’on ne peut regarder le soleil en face ou rester indéfiniment sous l’eau. Auschwitz ne peut pas être « mis en mots », ni en images, ni en sons. (…)

La caméra voit, elle ne ressent pas. Elle ne peut pas montrer le gouffre qui s’ouvre en chaque individu lorsque, lucide, il commence à vivre son propre deuil. Ce n’est pas la peur de la mort qui est en cause, mais la « chose » indescriptible, l’instant indicible où s’effondrent toutes les structures morales, religieuses ou autres que chacun a construites durant son existence. C’est l’écroulement de son vécu qu’il est impossible de traduire, ce moment où chaque déporté plonge dans… QUOI ?

Malgré tout, comme d’autres, j’ai tenté de l’évoquer partiellement, en le romançant, dans La gare sans nom ou La Nuit du souvenir. Hélas, l’imaginaire est déformant. C’est brut, au premier degré, au niveau du coup de poing dans la gueule, sans chercher d’explications, qu’il faut essayer de rendre présent ce qui ne peut être regardé, de montrer ce qui est impossible à dire. »

 

Pistes de réflexion possibles

Comme P. Lévi, J. Bialot met en l’indicibilité de « l’horreur » de la déportation. L’idée des « hiéroglyphes non encore décryptés » ou bien encore le langage proche du délire nous renvoie au langage d’une « âpreté nouvelle » qu’évoquait P. Lévi.

Elie Wiesel, extrait de la Préface à la deuxième édition de La Nuit

« Certes, à un certain moment il m’était devenu clair que puisque l’Histoire sera un jour jugée, je devais témoigner pour ses victimes, mais je ne savais pas comment m’y prendre. J’avais trop de choses à dire, mais pas les mots pour le dire. Conscient de la pauvreté de mes moyens, je voyais le langage se transformer en obstacle. On aurait dû inventer un autre langage. Trahie, corrompue, pervertie par l’ennemi, comment pouvait-on réhabiliter et humaniser la parole ? La faim, la soif, la peur, le transport, la sélection, le feu et la cheminée : ces mots signifient certaines choses, mais en ce temps-là, elles signifiaient autre chose. Ecrivant dans ma langue maternelle, meurtrie elle aussi, je m’arrêtais à chaque phrase en me disant : « Ce n’est pas ça. » Je recommençais. Avec d’autres verbes, avec d’autres images, d’autres larmes muettes. Ce n’était toujours pas ça. Mais « ça », c’est quoi exactement ? C’est ce qui se dérobe, ce qui se voile pour ne pas être volé, usurpé, profané. Les mots existants, sortis du dictionnaire, me paraissaient maigres, pauvres, pâles. Lesquels employer pour raconter le dernier voyage dans des wagons plombés vers l’inconnu? Et la découverte d’un univers dément et froid où c’était humain d’être inhumain, où des hommes en uniforme disciplinés et cultivés venaient tuer, alors que les enfants ahuris et les vieillards épuisés y arrivaient pour mourir ? Et la séparation, dans la nuit en flammes, la rupture de tous les liens, l’éclatement de toute une famille, de toute une communauté ? Et la disparition d’une petite fille juive sage et belle, aux cheveux d’or et au sourire triste, tuée avec sa mère, la nuit même de leur arrivée ? Comment les évoquer sans que la main tremble et que le cœur se fende à tout jamais ?

Tout au fond de lui-même, le témoin savait, comme il le sait encore parfois, que son témoignage ne sera pas reçu. Seuls ceux qui ont connu Auschwitz savent ce que c’était. Les autres ne le sauront jamais.

Au moins, comprendront-ils ?

Pourront-ils comprendre, eux pour qui c’est un devoir humain, noble et impératif de protéger les faibles, guérir les malades, aimer les enfants et respecter et faire respecter la sagesse des vieillards, oui, pourront-ils comprendre comment, dans cet univers maudit, les maîtres s’acharnaient à torturer les faibles, à tuer les malades, à massacrer les enfants et les vieillards ?

Est-ce parce que le témoin s’exprime si mal ? La raison est différente. Ce n’est pas parce que, maladroit, il s’exprime pauvrement que vous ne comprendrez pas ; c’est parce que vous ne comprendrez pas qu’il s’exprime si pauvrement.

Et pourtant, tout au fond de son être il savait que dans cette situation-là, il est interdit de se taire, alors qu’il est difficile sinon impossible de parler.

Il fallait donc persévérer. Et parler sans paroles. Et tenter de se fier au silence qui les habite, les enveloppe et les dépasse[6]. Et tout cela, avec le sentiment qu’une poignée de cendres là-bas, à Birkenau, pèse plus que tous les récits sur ce lieu de malédiction. Car, malgré tous mes efforts pour dire l’indicible, « ce n’est toujours pas ça ». (…)

Malgré mes ratures innombrables, la version originale en yiddish est longue. C’est Jérôme Lindon, le patron légendaire de la petite maison d’édition prestigieuse Les Editions de Minuit qui retravailla la version française abrégée. J’ai accepté sa manière d’élaguer le texte, car je redoutais tout ce qui pouvait paraître superflu. Ici, la substance seule comptait. Je récusais l’abondance. Raconter trop m’effrayait plus que de dire moins. Vider le fond de sa mémoire n’est pas plus sain que de la laisser déborder. »

Pistes de réflexion possibles

Ce texte pose encore la question de l’indicibilité en insistant sur la pauvreté du langage existant

Au « quoi ? » de Bialot fait écho le « ça » de Wiesel.

C’est pourquoi, comme Lévi, Wiesel suggère l’invention d’ « un autre langage ».

Comme les deux précédents auteurs, Wiesel tente, malgré tout, de faire sentir ce « ça » par l’accumulation d’exemples de situations vécues et vues (§1 et 4).

Ce texte a l’intérêt littéraire de voir un auteur au travail, qui se pose des questions sur ses choix stylistiques et lexicaux. On comprend qu’il récuse le pathos et se tourne vers l’écriture sans fioritures. Par ailleurs, on y trouve l’un des thèmes majeurs de l’œuvre d’E. Wiesel, celui du silence qui met en évidence le paradoxe infernal dont il est impossible de sortir « nécessité de dire » versus « impossibilité de dire ».

 


[1] Sur ce site, on se reportera à la partie III de l’article « Le texte testimonial, de la littérature à la classe », Caroline Coze et Marie-Laure Lepetit, rubrique « approches générales ».

[2] Saul Friedländer reprend cette métaphore à Jean-François Lyotard.

[3] Saul Friedländer, Réflexions sur le nazisme – Entretiens avec Stéphane Bou, Seuil, 2016, p. 165.

[4]  « (…) l’expérience à transmettre est celle d’une inhumanité sans commune mesure avec l’expérience de l’homme ordinaire. C’est en ce sens qu’il s’agit d’expériences à la limite », Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Editions du Seuil, Collection Points, Essais, 2000, p. 223.

[5] http://www.memoiresdesdeportations.org/fr/video/ne-trouvait-pas-les-mots-pour-raconter

[6] Sur ce site, pour la question du silence, on se reportera aux séquences « L’espérance d’un baiser de Raphaël Esrail », note 9 (rubrique « auteurs et textes ») et « ‘Silence’ in Mensonges de Valérie Zenatti » (rubrique « auteurs et textes »).