L’histoire de Paul Rosenberg, marchand d’art, narrée par sa petite-fille Anne Sinclair, 21 rue La Boétie, Grasset, 2012. Une histoire relayée actuellement par une exposition temporaire du Centre Pompidou

Marie-Laure Lepetit

Entre les tableaux laissés rue La Boétie, les soixante-quinze accrochés sur les murs de la maison de Floirac ou roulés dans le garage, et les cent soixante-deux du coffre de Libourne, quatre cents tableaux furent volés à Paul. Il en reste encore une soixantaine (sont-ils en France, en Allemagne, en Russie ?) qui ne seront pour la plupart sans doute jamais retrouvés,

Anne Sinclair.

 

 C’est un petit livre, d’à peine 230 pages en format poche, mais c’est un livre précieux. D’abord parce qu’il nous fait entrer dans la vie de Paul Rosenberg, grand-père d’Anne Sinclair, marchand d’art dans la première moitié du XXème siècle, au parcours riche, unique et fou. Ensuite parce qu’il nous ouvre les portes du monde de l’art moderne naissant, de ses collectionneurs et marchands, de ses peintres, Picasso, Matisse, Braque…, aujourd’hui véritables monstres sacrés. Enfin parce qu’au travers d’une histoire familiale peu commune, il fait resurgir un épisode, complexe et encore mal connu du grand public, de l’Histoire du nazisme : l’immense pillage, à travers toute l’Europe, des œuvres d’art appartenant à des Juifs.

Paul Rosenberg, grand-père maternel de la célèbre journaliste Anne Sinclair, né le 29 décembre 1881 à Paris, entre dans la galerie de son père, avenue de l’Opéra, à l’âge de 16 ans. En parcourant les musées français et européens, il apprend à regarder, à apprécier, à se construire une culture et commence à aiguiser son goût. En quelque 10 ans, il va « passer de l’école de Barbizon à Pablo Picasso », sans que « sa passion pour les modernes » ne lui fasse oublier « son grand amour pour Renoir ».

Dans sa propre galerie, au 21 rue La Boétie dans le VIIIème arrondissement de Paris, les expositions s’enchaînent entrecroisant accrochages de modernes et de peintres du XIXème ou du début du XXème siècle. « La seule année 1936 fut un festival : Braque en janvier, Seurat en février, Picasso en mars, Monet en avril, Matisse en mai, Marie Laurencin en juillet ». À la suite de Picasso en 1918, ce sont Braque, Léger et Matisse qui signent avec Rosenberg -véritable visionnaire !-, respectivement en 1924, 1926 et 1936, des contrats « où Paul [a] un droit de ‘première vue’ », c’est-à-dire la priorité sur les autres marchands.

Dans une narration fluide et alerte, la journaliste-biographe fait revivre l’amitié forte et complexe du peintre, « Pic », et de son marchand Paul, tous deux nés en 1881 à deux mois d’intervalle. C’est à Biarritz qu’ils se rencontrent dans la villa de la mécène chilienne du modernisme, Eugenia Errázuriz, à un moment où Picasso est à la recherche d’un nouveau marchand. Paul, fin et habile, sait, au fil des années, selon Anne Sinclair, influer sur la palette et le style de Pablo qui progressivement abandonnera le cubisme pour réintroduire, y compris dans la peinture abstraite, le sujet : « Sons sens de l’esthétique a rejoint son sens du commercial. Le temps lui a donné raison ».

A l’automne 1918, installé au 23 rue de La Boétie -aujourd’hui restaurant asiatique à la devanture rouge sang-, Picasso devient l’intime de son marchand. Des archives familiales, la journaliste a exhumé 214 lettres que son grand-père écrivit à Picasso : « Il est quand même surprenant, à lire ces lettres de l’entre-deux-guerres, de constater à quel point ce qui se passe en Europe ces années-là est absent de leurs échanges. […] ni la crise de 1929, ni les Ligues des années trente, ni le Front populaire, ni la guerre d’Espagne, ni l’arrivée au pouvoir de Hitler ne sont évoqués dans ces lettres, qui s’étendent pourtant sur quarante années. Sans doute en auront-ils parlé de vive voix. Dans l’écriture, c’est la peinture, toujours la peinture, et la petite vie entre amis ».

Paul contribue grandement à faire connaître son ami en France et aux États-Unis . Au 21 rue La Boétie, les expositions Picasso, dès 1919, font à chaque fois grand bruit. Paul prête également « de nombreuses toiles hors de ses murs » ; il « monte […] la première exposition du peintre espagnol à New York » ; il contribue en 1939 et 1940 « avec son ami Alfred Barr […] au choix des œuvres et à l’organisation de la première grande rétrospective Picasso à New-York, dans le temple de l’art moderne, puis à Chicago, à l’Art Institute ».

Parallèlement, une biographie, rapide et efficace, de la vie de Picasso avec ses marchands nous permet de rentrer avec bonheur dans le monde des marchands d’art, qui, sans être des créateurs, étaient des génies à leur manière ! Aussi découvre-t-on, amusé, que c’est une femme, concurrente de Paul Rosenberg et de Daniel-Henry Kahnweiler, qui probablement vendit, la première, une toile de Picasso en 1901 et que cette même Esther Berthe Weill fut la première à monter une exposition Matisse en 1902.

Mais quand le livre commence, c’est dans la France de Vichy que l’on est plongé et au sein du « 21 à l’heure allemande ».

Huit jours seulement après l’armistice du 22 juin 1940, « Hitler donne l’ordre de ‘mettre en sécurité’ les objets d’art appartenant à des Juifs. C’est alors qu’Alfred Rosenberg » -terrible ironie du sort que cet homonyme !- « crée son état-major spécial, l’E.R.R[1] ».

Un important trafic d’œuvres d’art voit le jour. Anne Sinclair évoque à ce propos un volumineux document qu’elle a découvert à l’occasion de ses recherches, désigné sous le nom de « liste de Schenker » : celle-ci « recense les galeries et les particuliers qui ont vendu des œuvres d’art aux musées allemands et livre trente-sept noms ».

Aujourd’hui, à gauche de la porte d’entrée, on peut lire sur une plaque : « Ici, au 21 rue La Boétie, Paul Rosenberg installa sa galerie d’art entre 1910 et 1940. Il y exposa les plus grands peintres modernes, dont ses amis Picasso, Braque, Matisse et Léger. L’immeuble fut réquisitionné par la Gestapo pour y installer l’Institut des Questions Juives (IEQJ) en 1941. »

C’est le 4 juillet 1940 que l’hôtel particulier de Paul Rosenberg, qui figurait sur la liste des grands marchands ou collectionneurs Juifs dressée par l’ambassade du Reich en France, fut « perquisitionné avec saisie des œuvres d’art que Paul y avait laissées », puis réquisitionné par les nazis en mai 1941. Le 11 mai, l’Institut d’étude des Questions Juives, chargé de la propagande antisémite et « dirigé par Dannecker lui-même, qui était à la tête de la Section Juive (Judenreferat) de la Gestapo », fut installé[2] : au-dessus de la porte d’entrée de la galerie « désormais s’affiche en lettres capitales le nom du redoutable bureau ». Cet Institut, qui reçoit lettres de dénonciation et travaille à leur suivi, publie également des revues et est en charge de la conception de la célèbre exposition « Le Juif et la France » qui se tiendra au palais Berlitz en 1941 : « les tables anciennes, les commodes en acajou, les buffets ou les chaises » de l’hôtel de Paul Rosenberg furent utilisés pour la meubler.

A cette date, Paul, sa femme et sa fille Micheline étaient réfugiés à New-York, depuis 21 mois, « à l’hôtel Madison, 58e Rue, jusqu’à ce que Paul Rosenberg décide de louer une nouvelle galerie, 57e Rue, en 1941 ».

Leur départ avait suivi de quelques jours seulement la déclaration de guerre. Dès le 3 septembre 1939, Paul avait fermé la galerie et toute la famille était partie pour Bordeaux. A Floirac, il loue une maison ‘Le Castel’. Il y orne les murs avec les « toiles 1940 » du peintre espagnol. Par ailleurs, dans un coffre-fort de la BNCI de Libourne, le coffre n°7, Paul Rosenberg entrepose 162 œuvres. Elles seront toutes emportées le 5 septembre 1941 et expédiées au Jeu de Paume. « Ces toiles de Libourne se retrouveront fort opportunément […] chez des marchands parisiens. D’autres trouvèrent preneurs en Suisse et furent récupérées au terme de plusieurs procès que Paul fit après la guerre aux marchands helvétiques bien peu curieux de la provenance de ce qu’ils écoulaient. […] Il est assez improbable d’imaginer que les marchands suisses ignoraient la provenance des tableaux qui leur passaient entre les mains durant ces années-là : beaucoup de toiles portaient dans leur dos des étiquettes, posées par l’E.R.R., qui témoignaient soigneusement de quelle collection elles provenaient ».


Cette œuvre de Raphaël Denis se déploie sur un rayonnage constitué d’emballages, étiquetés selon la nomenclature de l’E.R.R., au format de chacune des œuvres volées.




Raphaël Denis,
La loi normale des erreurs : coffre N°7, 2017-2019 
Centre Georges Pompidou – Exposition temporaire sur Paul Rosenberg





En juin 1940, le couple décide de quitter la France. Ils passent par le Portugal pour gagner les États-Unis. Ils sont à New-York le 20 septembre 1940, ignorant que 15 jours auparavant, les Allemands avaient emporté toutes les toiles conservées à Floirac.

Pendant les années de guerre à New-York, Paul continue d’entretenir, bien que la chose soit difficile, une correspondance avec les peintres français. Il écrit à Matisse, resté en zone libre, mais de ses amis parisiens, il n’a pas de nouvelles. Ses lettres témoignent des angoisses que génère en lui la période. Il « organise des expositions au profit des Français Libres, et leur donne des sommes importantes. En février 1941, Paul Rosenberg fait don au Free French Relief Committee d’un avion Stinson 105 ». Dès 1942, il s’inquiète du pillage des œuvres d’art dans l’ensemble de l’Europe : il « propose son assistance et sa coopération pour l’ensemble de la profession, à ses frais. »

Hasard de l’histoire : le 27 août 1944, dans le détachement de volontaires qui contribuent à stopper le convoi qui partait avec 148 caisses d’objets d’art, il y avait Alexandre Rosenberg. Or « une petite partie [d’entre elles] appartenait… au père du lieutenant en question, Paul Rosenberg, et dont Alexandre avait vu le contenu pour la dernière fois  sur les murs de ses parents, rue La Boétie, en 1939 ! »

L’écriture de cet ouvrage a permis à Anne Sinclair d’aller à la rencontre d’un grand-père qu’enfant, elle n’a pas vraiment connu. Et si ce texte résonne en nous, cela tient sans doute au fait que le lecteur, au fil des pages, a le sentiment de découvrir l’histoire de cet homme en même temps que sa petite-fille, devenue adulte et célèbre journaliste, apprend à le connaître et à l’aimer. Aussi n’est-on pas étonné de lire ce commentaire qu’elle nous livre en guise d’épilogue : « une famille qui m’est plus chère que je l’aurais cru et à laquelle je dois plus que je ne l’aurais imaginé ».

De Paul Rosenberg, on retiendra son tempérament et sa volonté de fer, malgré une santé fragile, son immense capacité de travail, son sens des valeurs et de la justice ainsi que son amour pour la beauté et l’art, autant de qualités et de talents qui lui permirent de résister à sa manière à l’ignoble.


Centre Georges Pompidou – Exposition temporaire sur Paul Rosenberg








Depuis le 22 mai, le musée du Centre Georges-Pompidou accueille au cœur du parcours dans les collections modernes un hommage à quelques-uns des grands marchands d’art moderne du XXème siècle. Le visiteur y retrouve l’histoire de Paul Rosenberg, du coffre n°7 de Libourne et l’étonnant récit du train d’Aulnay : lorsque l’on visite cette salle, après avoir lu ce récit, on en sort comme étourdi.


[1] L’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg », « l’état-major du Reichsleiter Rosenberg », voir l’article précédent dans ce bulletin, « Pillages, spoliations nazis et marché de l’art, en France durant l’Occupation ».

[2] Un extrait de l’inauguration est consultable à l’adresse suivante : https://www.ina.fr/video/AFE85000517.