Pillages, spoliations nazis et marché de l’art, en France durant l’Occupation

Isabelle ERNOT

SOMMAIRE

Approches

Sources et archives

Collections publiques et privées

Législations antisémites et organismes en charge du pillage

Choix artistiques nazis et marché de l’art

La mise en place du pillage

La phase initiale de l’été 1940 au printemps 1941

Bilan 1940-début 1941

Perspectives sur les années 1941-1944

Commerce et trafic

Du côté de l’ERR

Réaction française : une protestation sur la forme

1943, Allemands, Français et la spoliation de la collection Schloss

Été 1944, la récupération du dernier transfert d’œuvres d’art

Bibliographie


 « Le marché de l’art durant l’Occupation, 1940-1944 » est le thème d’une exposition proposée par le Mémorial de la Shoah, jusqu’à l’automne prochain[1]. L’approche se concentre sur la réalité marchande engendrée par les vols et spoliations opérés par les services nazis dans des collections d’art, particulièrement celles de Juifs parmi les plus importants collectionneurs et marchands[2]. Cette histoire-là concerne d’abord Paris, en tant que principale place nationale du marché de l’art et tout particulièrement l’Hôtel des ventes Drouot. On se propose ici de faire un point d’Histoire sur cette réalité complexe de la spoliation, prise entre deux versants : l’un, issu des deux législations antisémites, allemande et française, mais assuré sur les plans administratif et technique par les autorités françaises, relève ainsi de la « légalité » aussi inique soit-elle ; l’autre, vol-pillage de grande envergure de collections d’œuvres d’art et de mobiliers, qui relève de pratiques maffieuses menées par les autorités allemandes – avec la complicité de Français. Dans ce contexte, des œuvres furent, parallèlement, propulsées en grand nombre sur le marché et un gigantesque transfert vers l’Allemagne fut organisé[3].

On estime ainsi qu’environ 100 000 œuvres et objets d’art auraient été pillés en France entre 1940 et 1944[4]. Ces œuvres ont pu relever de plusieurs histoires : de la législation organisant la spoliation et l’aryanisation des biens, qui a conduit à des négociations sur le marché de l’art ; de la législation antisémite d’une manière globale avec un entrelacement des mesures allemandes et françaises. Dans la période de l’après-guerre, 60 000 ont été récupérées dont 45 000 restituées aux propriétaires ou ayants droits (entre 1945 et 1950) ; 13 000 vendues par l’État (entre 1950 et 1953) [5]. Dans les décennies suivantes, les restitutions ont été peu importantes et lentes. Demeurent ainsi 2000 œuvres, classées « Musées Nationaux Récupération », MNR, à la garde des Musées nationaux dans l’attente de leur restitution.

La question des spoliations a émergé dans le sillage de la reconnaissance, en 1995, par le président de la République Jacques Chirac, de la responsabilité française dans la déportation des Juifs[6]. Elle fut ensuite traitée dans le cadre de la Commission Mattéoli (1997-2000) qui devait enquêter sur les confiscations et acquisitions par fraude, violence, vol, de biens immobiliers et mobiliers ayant appartenu à des Juifs et cela aussi bien par l’occupant nazi que par les autorités de Vichy, entre 1940 et 1944. Il s’agissait aussi d’éclairer la gestion des 2000 œuvres classées MNR[7]. Le processus de recherche et de restitution est relancé et suivi de façon plus ténue depuis cette dernière décennie, où se manifeste une démarche volontariste, sous l’impulsion des ministres de la Culture, Aurélie Filippetti (2013) puis Audrey Azoulay (2016), enfin depuis 2018, sous celle du Premier ministre, Édouard Philippe[8].

Approches

Sources et archives

Parmi les contemporains des événements, le témoignage de Rose Valland, conservatrice, est cardinal[9]. En la confirmant dans ses fonctions au Musée du Jeu de Paume, Jacques Jaujard, directeur des Musées Nationaux, la plaça alors au plus près du trafic maffieux mené par les autorités d’Occupation :

« Le 30 octobre 1940, je donnais l’ordre à mademoiselle Valland alors attachée des Musées nationaux, de se maintenir coûte que coûte au musée du Jeu de Paume où venait de s’installer l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) »[10].

De son poste, elle observe les agissements des nazis, inventorie secrètement, note provenances et lieux de destination. Elle mène là une action de résistance de premier ordre. Elle ne put cependant rendre compte de la période où le vol fut particulièrement intense, entre l’été 1940 et le printemps 1941, sa mission ne commençant qu’à cette époque. L’information recueillie a constitué néanmoins un précieux apport au processus de récupération.

Parmi les sources, citons le recueil de documents publié en 1947, conjointement par le Centre de Documentation Juive Contemporaine (CDJC) et Jean Cassou, ouvrage dont l’intérêt n’a pas vieilli. Il s’ouvre sur une précieuse « Note introductive » rédigée par Jean Cassou qui permet de faire le point sur une situation complexe, grâce à la publication de documents nazis et émanant de l’État français[11].

« Nos documents nous permettent de reconstruire avec précision le mécanisme de l’activité déployée par les Allemands en France occupée, en vue du pillage et du transfert en Allemagne du patrimoine artistique français » [12].

Des fonds d’archives permettent de reconstituer des pans de cette histoire. En France, elles relèvent de plusieurs sites. Parmi les plus importants : aux Archives nationales (archives relatives à la spoliation, archives allemandes de l’Occupation, archives de l’administration des Beaux-arts) ; Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (archives de la Récupération artistique) ; Archives départementales de Paris (le fonds des commissaires-priseurs). Des traces éparpillées dont le rapprochement finit par créer une image de la réalité d’alors.

 

Collections publiques et privées

Il faut distinguer entre les deux types de collections. Si les collections publiques ont été globalement épargnées, il n’en va pas de même des collections particulières, appartenant à des familles juives qui furent des cibles privilégiées.

Protégées, les œuvres relevant des Musée nationaux sont en effet globalement épargnées. Dès l’été 1939, les autorités françaises appliquent des mesures de protection par le biais d’un plan de sauvetage et d’évacuation du patrimoine national[13]. Des milliers d’œuvres d’art, notamment du Musée du Louvre et des collections de Versailles, sont mises en sûreté, emballées et déplacées vers des dépôts de défense passive organisés dans plusieurs régions de France, dans des châteaux et des abbayes situés notamment dans l’Ouest et le Sud-Ouest. Depuis le château de Chambord, dépôt principal et lieu de tri, les œuvres sont renvoyées vers d’autres lieux de protection.

Après l’armistice, ces dépôts passent sous le contrôle allemand de la Kunstschutz, dépendant de la Wehrmacht, la Commission allemande pour la protection des œuvres d’art en France, dirigée par le comte Franz von Wolff-Metternich, créée dès le 11 mai 1940 – au lendemain donc de l’attaque contre la France. Aristocrate d’origine autrichienne, historien de l’art, plutôt francophile, le personnage entra peu dans la logique du pillage et pu même en être choqué[14]. Il eut notamment pour interlocuteur Jacques Jaujard, directeur des Musées Nationaux, ainsi que des conservateurs, chargés de veiller à la sûreté des œuvres[15].

En parallèle, les nazis portent leur intérêt sur des collections privées, particulièrement celles réunies par des Juifs. Anticipant le conflit guerrier, certains d’entre eux avait entrepris de mettre des œuvres à l’abri, dans des lieux privés et même sous la garde des Musées nationaux (la famille Rothschild confia ainsi des œuvres au Musée du Louvre).

Dès les premières heures de la capitulation et de l’Occupation, des services nazis sont à pied d’œuvre, indiquant ainsi une action préparée avant la défaite française[16]. Ils entreprennent, avant même la législation qui organise les spoliations, le pillage d’œuvres d’art : peintures, sculptures mais aussi livres, manuscrits, meubles et objets de valeur sont envoyés en quelques mois en Allemagne ou sont dirigées vers le marché de l’art parisien qui, entre 1940 et 1944, connaît une activité à nulle autre pareil.

Isaac Schneersohn, fondateur puis directeur du CDJC, écrit dans l’« Avant-propos » de l’ouvrage co-publié en 1947 avec Jean Cassou :

« Si la totalité des ouvrages publiés à ce jour par le Centre de Documentation Juive Contemporaine porte essentiellement sur le crime perpétré par le nazisme contre la personne humaine, le moment nous semble venu de projeter quelque lumière sur un aspect moins connu de l’irrémissible forfaiture : nous voulons dire celle consistant à s’emparer – sous le couvert d’idéologie anti-juive – de tout ce qui lui tombait entre les mains du patrimoine artistique français. Nous savons maintenant que, d’un bout à l’autre du pays, ce fut un lacis d’intrigues et de basses manœuvres, par lesquelles les plus redoutables des meneurs du national-socialisme se défièrent et s’affrontèrent dans une lutte sournoise et tenace pour la possession de telle toile célèbre, de tel bronze de prix. Mais toujours en s’ingéniant à sauver la face. Ne s’agissait-il pas de proclamer tout haut les droits légitimes et imprescriptibles du grand Reich victorieux, tout en acheminant vers les cachettes allemandes – chacun vers la sienne, bien entendu – autant que l’on pouvait des objets d’art français ? Et plus particulièrement, parce que l’excuse était plus plausible et l’impunité garantie, ceux appartenant à des Juifs ? »[17]

Les documents permettent de faire la lumière sur une opération de vol de très grande envergure, un pillage effectué principalement au profit des deux premiers personnages de l’État allemand, Hitler et Goering et à celui des institutions muséales allemandes.

Les « spoliations » devaient alimenter le musée rêvé par Hitler, son Führermuseum, un grand musée d’art dans la ville de Linz en Autriche où il avait passé une partie de son enfance. Hermann Göring est quant à lui, sans doute le principal bénéficiaire de ces vols, propriétaire de l’une des plus importantes collections d’art en Allemagne, conservée dans sa résidence de Carinhall, à quelques dizaines de kilomètres de Berlin[18]. A Paris, il s’appuie sur le marchand Walter Andreas Hofer et les dirigeants de l’ERR, la structure qui joue le rôle central dans le pillage.

 

Législations antisémites et organismes en charge du pillage

Si durant l’été 1940, plusieurs organismes allemands interviennent, à partir de septembre 1940, le rouage principal du pillage est l’ERR, « l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg », « l’état-major du Reichsleiter Rosenberg »[19], section du bureau de politique étrangère du NSDAP [Parti national-socialiste des travailleurs allemands] dépendante d’Alfred Rosenberg[20].

Établi le 5 juillet à Paris, l’ERR s’impose face à deux autres organismes allemands qui agissent en parallèle. D’une part, l’Ambassade d’Allemagne, avec à sa tête Otto Abetz (qui dépend des Affaires étrangères et de Ribbentrop) qui agit dès l’Armistice. Ce sont ses services qui effectuent les premières saisies durant l’été 1940. L’autre organisme est en retrait, il s’agit de la Kunstschutz, cité précédemment, dirigée par Wolff-Metternich. L’ERR dirigé par le baron Kurt von Behr assisté de Bruno Lohse, historien de l’art, reste dominé par Goering jusqu’au printemps 1943.

Son siège d’abord installé à l’hôtel Commodore (boulevard Haussmann) est transféré avenue d’Iéna. Pour ce qui est de l’entreposage des œuvres volées, elles sont placées dans des salles du Louvre puis, à partir du début novembre 1940, au Musée de Jeu de Paume, situé dans le jardin des Tuileries, là où Rose Valland sera témoin de l’organisation du pillage. Courant 1943, près d’une soixantaine de personnes s’y affairent, dont une quarantaine au Jeu de Paume. Ils inventorient, mettent en fiches, photographient et assurent les expéditions vers l’Allemagne.[21] En ce lieu, sept expositions ont été organisées, destinées surtout à Goering qui vient, en quelque sorte, y faire son marché. Rose Valland a ainsi comptabilisé 22 visites du Reichsmarschall.

Le système s’appuie pour une part sur les deux dispositifs antisémites, allemand et français, qui interagissent : enclenchant l’exclusion civile, la dégradation du statut social, la persécution et introduisant dans le domaine du commerce, le processus de spoliation-aryanisation (arrêt des activités marchandes, saisies, ventes forcées). L’entrelacement des mesures finit par acculer les marchands, et parallèlement, tous les individus juifs, menacés dans leur vie[22].

« En 1943, en vertu des directives législatives du gouvernement de Vichy et des ordonnances allemandes promulguées par le commandant en chef de l’armée, un peu plus de la moitié des galeries d’art moderne parisiennes ont subi les lois d’exception. »[23]

 

Choix artistiques nazis et marché de l’art

On le sait, le nazisme accorde une attention particulière au domaine de l’art, au cœur de son projet et de son idéologie. Le national-socialiste bouleverse le domaine. Promouvant un art « héroïque », issu de ses conceptions raciales, il affectionne particulièrement des productions artistiques d’Europe septentrionale et d’Italie et, en parallèle, s’attaque littéralement à l’art contemporain, considéré comme « dégénéré » – impressionnisme, fauvisme, cubisme, avant-gardes… Les peintres honorés et recherchés sont allemands, hollandais (particulièrement entre les 16e et 19e siècles). Parmi quelques exemples : Franz Hals, Vermeer de Delft, Rembrandt, Christoph Amberger, Lucas Cranach – peintre préféré de Goering et d’Hitler – Van Dyck, Jacob Van Ruysdael.

Leur haine de l’art contemporain avait donné naissance à l’exposition organisée à Munich en 1937, « Entartete Kunst », « Art dégénéré » ; deux années plus tard, en mars 1939, les nazis procédaient à Berlin à un autodafé de plusieurs milliers d’œuvres. Toutefois dès juin 1939, ils commençaient à faire commerce de ces œuvres-là, par le biais de la Suisse, l’argent alimentant notamment les caisses du parti nazi. Cette conception « opportuniste » est développée en France, sous diverses formes.

Au Musée de Jeu de Paume, les toiles réprouvées étaient rassemblées dans la « salle des Martyrs » où se côtoient – parmi quelques : Georges Braque, Marc Chagall, Max Ernst, Marie Laurencin, Henri Matisse, Pablo Picasso, Felix Vallotton. Ces toiles honnies sont au centre de l’entreprise de « coulage » orchestrée par l’ERR, qui engendre un « marché de l’art parallèle » : échange d’œuvres qualifiées de « judéo-bolchéviques » contre d’autres répondant aux « critères esthétiques du IIIe Reich »[24].

La mise en place du pillage

La phase initiale de l’été 1940 au printemps 1941

Durant l’été 1940, on suit la mise en œuvre du processus de pillage à travers une série de mesures prises rapidement. Dès le 21 juin, des fonctionnaires de l’administration allemande, qui demandent à être accompagnés par un représentant français, effectuent plusieurs visites dans des commerces d’antiquité et des galeries d’art appartenant à des Juifs. Ces derniers qui ont quitté Paris devant l’arrivée des troupes nazies tomberont à partir du mois suivant sous le coup de la loi du 23 juillet, de la déchéance de nationalité. Ces visites interviennent comme des « repérages »[25].

Le 30 juin, 8 jours après la signature de l’Armistice, Wilhem Keitel, commandant en chef de la Wehrmacht ordonne au général von Vollard-Bockelberg, commandant de Paris, d’assurer la sûreté des objets d’art :

“Le Führer, suivant le rapport du ministre des Affaires étrangères, a donné l’ordre de mettre en sûreté – outre les objets d’art appartenant à l’État français – les objets d’art et documents historiques appartenant à des particuliers, notamment à des Juifs. Cette mesure ne doit pas constituer une expropriation, mais un transfert sous notre garde en vue de servir de gage pour les négociations de paix. »[26]

Le document qui semble aller dans le sens d’un engagement à respecter la Convention de la Haye (1907) est ambigüe[27], puisqu’il prévoit sous couvert de légalité, une saisie d’œuvres d’art. Quelques jours plus tard, le 5 juillet, l’ERR est créé, qui s’impose donc à partir de septembre comme rouage essentiel de la spoliation des œuvres d’art, particulièrement celles des Juifs. Hitler définit les prérogatives de l’ERR, autorisé à confisquer les bibliothèques d’État et les archives des manuscrits précieux pour l’Allemagne ; les greffes des autorités ecclésiastiques et des loges maçonniques ; tous les autres biens culturels de valeur appartenant à des Juifs[28].

Des saisies sauvages ont lieu dès le 1er juillet dans les commerces Graupe, Seligmann et Bacri. Dès le 8 juillet, les prises commencent, méthodiquement[29]. Quelques jours plus tard, une ordonnance allemande du 15 juillet, qui porte sur la « protection des objets d’art dans le territoire occupé de France », oblige la déclaration par les propriétaires, d’œuvres dépassant une valeur de 100 000 Fr et ouvre la possibilité à de nouveaux repérages. Enfin, l’ordonnance allemande du 17 septembre, signée de Keitel, adressée au Commandant en chef de l’administration militaire en France occupée, met en place la procédure de transfert des œuvres vers l’Allemagne :

[…] toutes cessions faites après [le 1er septembre 1939] à l’État français ou à toutes personnes privées sont inopérantes et illégales (par exemple les bibliothèques slovaques et polonaises à Paris, les biens de l’Hôtel Rothschild ou d’autres objets appartenant aux Juifs ou à des propriétaires inconnus). Aucune protestation au sujet des perquisitions, saisies ou transports en Allemagne opérés en vertu des dispositions ci-dessus, ne sera admise. […]

Le Reichleiter Rosenberg est autorisé à transporter en Allemagne les objets qui lui semblent précieux et à les mettre en sécurité. Le Führer s’est réservé pour lui-même la décision sur leur future attribution. […] »[30].

Le 5 novembre 1940, Goering, présent à Paris, prend les dispositions suivantes qui correspondent, ni plus ni moins, à l’organisation du partage d’un butin :

 

Document

LE MARÉCHAL DU REICH ALLEMAND[31]

En application des mesures qui ont été, jusqu’à ce jour, prises par le Chef de l’Administration militaire de Paris et par l’Etat-major Rosenberg […] pour assurer la conservation des objets d’art ayant appartenu à des Juifs, les objets d’art déposés au Louvre seront classés comme suit :

– Objets d’art dont le Führer se réserve le droit de disposer quant à leur affectation ultérieure,

– Objets d’art qui peuvent servir à compléter les collections du Maréchal du Reich, [donc la sienne]

– Objets d’art ou collections de bibliothèques qui semblent pouvoir être utilisés dans les Universités, selon le plan général du Reichsleiter Rosenberg,

– Objets d’art qui semblent être propres à figurer dans les Musées allemands, feront incessamment l’objet d’un inventaire établi par les soins de l’État-major spécial Rosenberg, ils seront mis en caisse et expédiés en Allemagne sous la protection de l’aviation

– Ceux des objets d’art qui semblent propres à être livrés aux musées français ou au commerce d’art français et allemand, seront, à une époque qui sera déterminée ultérieurement, mis en vente aux enchères et le produit de leur aliénation sera abandonné à l’État français au profit des orphelins et veuves de guerre français.

Les saisies de biens juifs en France continueront dans la forme usitée jusqu’à présent par les soins de l’Etat-major spécial Rosenberg en liaison avec le Chef d’Administration militaire de Paris.

Paris, le 5 novembre 1940.

Je présenterai ce projet à l’agrément du Führer.

Jusqu’à la décision de ce dernier il a force de loi.

Signé : Gœring.

 

Le 13 novembre, dans un message « secret » et « personnel », Rosenberg écrit au Reichleiter Bormann, à Berlin :

« […]  Le Maréchal du Reich Goering, dans les prochains jours, fera au Führer un compte rendu de ce qu’il a vu. Je tiens de plus à informer le Führer que le tableau de Jean Van Meer de Delft, auquel il avait fait allusion, se trouve parmi les œuvres d’art confisquées aux Rothschild ».

Heil Hitler !

Signé : Rosenberg[32]

 

Bilan 1940-début 1941

Les nazis sont allés très vite. Le bilan du pillage de l’été-automne 1940 s’avérait déjà fructueux pour l’Occupant :

« Lors de l’été 1940, ce ne sont ainsi pas moins de 450 caisses d’objets d’art saisis des grandes collections qui s’entassent dans les bâtiments de la rue de Lille. [Siège de l’ambassade d’Allemagne]. A la mi-novembre 1940, sont confisquées entre autres, les collections d’œuvres d’art internationalement réputées d’Alphonse Kann, de Paul Rosenberg, des familles Rothschild, des frères Jean et Jacques Seligmann, de la famille Weil-Picard, et de Georges Wildenstein »[33]

« Les pillages sont commis dans les habitations particulières, les gardes-meubles, les coffres de dépôt des Banques, les dépôts des Musées nationaux où des collections juives ont été mises à l’abri. »[34]

Après 9 mois d’occupation, en mars 1941, mois de la création du Commissariat général aux questions juives, le bilan est conséquent, comme l’indique ce « Rapport » adressé à Hitler par Rosenberg :

 

Document

RAPPORT POUR LE FÜHRER[35]

Berlin, le 20 mars 1941.

« Je rapporte que l’envoi principal de biens culturels abandonnés ayant appartenu à des Juifs et mis en sûreté par mon Einsatzstab à Paris est arrivé par train spécial le samedi 15 courant, à l’abri de Neuschwanstein. Le train spécial mis à notre disposition par le Maréchal du Reich Hermann Gœring comprenait vingt-cinq fourgons-express contenant des tableaux, des meubles, des Gobelins, des objets d’art et des bijoux de la plus grande valeur. Le chargement comprenait en substance les parties les plus importantes des collections Rothschild, Seligmann, Bernheim jeune, Halphen, Kahn, Veil-Picard, Wildenstein, David-Weill, Lévy-Benzion.

Suivant vos ordres, mon Führer, mon Einsatzstab a commencé les opérations de confiscation à Paris en octobre 1940 avec l’assistance du Service de Sûreté (S.D.) et de la Police Secrète Militaire (Geheime Feldpolizei). Tous les abris et cachettes contenant des objets d’art appartenant à des Juifs en fuite ont été méthodiquement repérés et les objets ont été rassemblés à Paris dans des locaux mis à la disposition par le Louvre. Les historiens d’art de mon Einsatzstab ont dressé un inventaire scientifique de tout le matériel d’art, et toutes les œuvres de valeur ont été photographiées, en sorte que, le travail achevé, je pourrai vous soumettre très prochainement une liste complète de toutes les œuvres confisquées, avec les indications exactes concernant leur origine, leur expertise scientifique et leur description. Jusqu’à ce jour, l’inventaire comprend plus de 4000 objets d’art, en partie de la plus grande valeur. Outre ce train spécial, les chefs-d’œuvre choisis par le Maréchal du Reich, surtout dans la collection Rothschild, ont été, il y a quelque temps, expédiés à Munich dans deux fourgons spéciaux. Ils y ont été placés dans les abris aériens de la Maison du Führer.

[…] Au moins quatre semaines seront nécessaires pour le déballage, la mise en place des tableaux et l’aménagement des salles d’exposition. Je vous adresserai un rapport lorsque le travail sera achevé et je vous prie, mon Führer, de me permettre de vous présenter sur place les trésors artistiques que nous avons sauvés et de vous donner un aperçu de la tâche accomplie par mon Einsatzstab.

En dehors de cet envoi principal, il reste encore à Paris un grand nombre d’objets d’art abandonnés ayant appartenu à des Juifs et que nous avons mis en sécurité. En ce qui les concerne, nous avons procédé de la même manière pour la préparation de l’expédition en Allemagne.

A présent, il n’est pas encore possible de donner de précisions sur le volume des biens restants ; toutefois, il semble que le travail en zone Ouest doive être achevé dans deux ou trois mois ; alors un second transport pourra être effectué en Allemagne. »

Signé : Rosenberg

Perspectives sur les années 1941-1944

Après les saisies effectuées à l’été et à l’automne 1940, la spoliation et le « trafic » se structurent. Le butin est orienté vers l’Allemagne ou vers le marché de l’art.

Commerce et trafic

Les lois d’aryanisation conduisent à la liquidation et à la vente des commerces d’art possédés par des Juifs. Conformément à la législation, les marchandises, en l’occurrence des œuvres d’art, sont vendues sur le marché, le produit des ventes devant être versé à la Caisse des dépôts et consignations. Les conditions sont réunies pour un autre trafic autour duquel tournent marchands d’art allemands et français, commissaires-priseurs et autres administrateurs nommés par Vichy. Les salles des ventes, particulièrement Drouot, où la présence juive est interdite à partir de juillet 1941, connaît une intense activité. Autour des biens spoliés, se poursuit l’activité des hommes au service des dirigeants nazis, à la recherche des œuvres incarnant « l’art héroïque ».

Le recours à « l’échange » fait partie des pratiques de nature maffieuse. Alfred Rosenberg l’explique clairement dans un Rapport à Hitler, en date du 16 avril 1943 :

« Sur l’ordre du Maréchal du Reich, [Goering] et mettant à profit des occasions avantageuses, un certain nombre de ces produits de l’art français moderne et dégénéré ont fait l’objet, auprès du commerce d’art parisien, d’échanges contre des peintures possédant une valeur artistique reconnue. C’est ainsi que, dans des conditions très intéressantes, ont été acquises quatre-vingt-sept œuvres de vieux maîtres italiens, hollandais ou allemands, possédant une haute valeur reconnue. Au fur et à mesure que des opérations favorables se représenteront, une pareille politique d’échange sera poursuivie. Lorsque l’action générale de récupération aura pris fin, un projet sera présenté sur l’utilisation de celles qui resteront parmi les peintures françaises modernes et dégénérées ne pouvant faire l’objet d’un échange. »[36]

L’échange des toiles relevant de « l’art dégénéré » contre des toiles incarnant « l’art héroïque » est réalisé par l’intermédiaire de marchands. Les premières – qui n’ont donc pas de valeur artistique – sont quasiment proposées en « lots » contre une ou deux toiles de peintres allemands recherchés.

Gustav Rochlitz, l’un des principaux marchands allemands présent en France, achète le 3 mars 1941, des tableaux de Cézanne, Corot, Degas, Renoir, Sisley, Picasso, Matisse et Braque, provenant notamment des collection Kann, Georges Berstein, Rosenberg[37]. Les nazis payent leur achat d’œuvres avec ces œuvres confisquées. Fin septembre 1941, le marchand Walter Andreas Hofer qui agit pour Goering acquiert notamment de la collection Rosenberg : 3 tableaux de Courbet, 1 Pissarro, 1 Degas 1 Monet, 5 Renoir, 1 Van Gogh, 1 Toulouse-Lautrec – sans évoquer le détail des dessins, aquarelles, etc.[38] Il écrit à Goering que ces toiles pourront servir à « des échanges éventuels ». Quelques mois plus tard, un autre échange est effectué au profit de Goering par l’intermédiaire du marchand Gustav Rochlitz : 4 toiles de Matisse de la collection Rosenberg, parmi lesquelles L’odalisque au tambour, contre une seule œuvre du peintre flamand Jan Brueghel, Le port d’Anvers. 28 échanges de ce type ont lieu entre mars 1941 et novembre 1943 : 18 au profit de Goering et 6 ou 7 pour Hitler et la chancellerie du Reich, 1 pour Martin Bormann, et 1 ou 2 pour Joachim von Ribbentrop.[39] A noter que Goering se rendit néanmoins propriétaire de quelques œuvres de « l’art dégénéré »[40]. Pour la Noël 1942, il offre à sa femme Deux tournesols de Van Gogh pris dans la collection de Paul Rosenberg et il exposait également à Carinhall des toiles de Van Gogh, Corot, Monet, Sisley, Cézanne, Renoir. Son adhésion à la critique nazie de l’art qualifié de « dégénéré » apparaissant ainsi de façade.

Sur le marché, d’autres pratiques existent qui consistent à faire du profit mais aussi à « normaliser » les ventes. Ainsi celle qui consiste à sous-estimer les œuvres achetées par des marchands complices, ce qui permet de les « couler ». Certaines sont également dépréciées : ainsi un Rembrandt authentique n’est plus du peintre mais de « l’École de Rembrandt » quitte sans doute à être réattribué un peu plus tard à Rembrandt. Le « ravalage » consiste à racheter une œuvre si la première enchère n’est pas couverte et de créer ainsi une virginité nouvelle à l’œuvre lorsqu’elle est présentée, l’origine de celle-ci pouvant être identifiée dans le catalogue de la vente précédente[41]. Il faut encore citer la Suisse comme « moyen » de coulage, un certain nombre de marchands d’art de ce pays ayant été peu scrupuleux[42].

Du côté de l’ERR

Celui-ci poursuit son action jusqu’au dernier moment, à l’été 1944. A partir de 1942, il hérite également de la gestion de la « Möbel Aktion », le pillage des meubles, qui conduit à celui des appartements. Cette action qui existait déjà pour les territoires de l’Est, est mise en place pour les territoires de l’Ouest et la France en particulier, à partir d’avril 1942. Le pillage s’intensifie encore. Au total 69619 logements juifs sont vidés dont 38000 à Paris. Rose Valland comptabilise alors le vol de 2703 tableaux. Les opérations sont également menées en ex-zone libre après son occupation à partir du 11 novembre 1942.

Le 15 juillet 1944 – entre le débarquement et la libération de Paris – Robert Scholz établissait un rapport sur les activités de l’ERR depuis 1940 – un document qui fut présenté lors du procès de Nuremberg.[43]

 

Document

Le 15 juillet 1944.

RAPPORT SUR L’ACTIVITÉ DE L’ÉTAT-MAJOR SPÉCIAL POUR L’ART DE LA PEINTURE DURANT LA PÉRIODE D’OCTOBRE 1940 A JUILLET 1944

En exécution du décret du Führer du 17 septembre 1940, concernant la saisie d’œuvres d’art abandonnées, anciennement propriétés juives, dans les territoires occupés de l’Ouest, l’État-major spécial pour l’art de la peinture a commencé, au début d’octobre 1940, son activité par la saisie des œuvres d’art abandonnées par la famille juive Rothschild, connue dans le monde entier, célèbre aussi par ses grandes collections d’art. […] De la même façon, les objets d’art ayant appartenu à d’autres familles juives françaises célèbres par leurs collections, comme les Kahn, David- Weill, Lévy-Benzion et Seligmann, ont été découverts par l’Etat-major spécial et saisis intégralement.

Après la saisie des plus célèbres collections juives à Paris, tous les logements abandonnés des riches Juifs parisiens, ainsi que tous les magasins des maisons d’expédition et autres dépôts des Juifs émigrés, qui étaient souvent camouflés par les Français non Juifs ont été fouillés méthodiquement par l’Etat-major spécial, et de cette façon, des trésors d’art d’une valeur considérable ont été découverts. Ces saisies furent pratiquées après des recherches méthodiques pour lesquelles furent consultés les listes d’adresses de la Police française, les ouvrages de références juifs, les inventaires des magasins, les livres de commandes des maisons françaises d’expédition, les catalogues de l’art français ainsi que les catalogues des collections. Dans chaque cas, l’origine juive de chaque propriétaire fut établie clairement en coopération avec la Police française et le Sicherheitsdienst [Service de renseignement -SD] et aussi grâce au matériel politique saisi par 1’Etat-major spécial lui-même.

[…] l’Etat-major spécial a mis en sûreté la partie la plus importante des objets d’art aux mains des Juifs en France, pour autant qu’ils n’ont pas été enlevés avant l’occupation. […] Dans le courant de cette opération de saisie par l’Etat-major spécial dans les territoires occupés de l’Ouest, 203 collections comprenant 21.903 objets d’art de toute espèce, suivant recensement et inventaire, furent saisies jusqu’à ce jour.

[…]  L’inventaire et les photographies furent faites par les experts de l’Etat-major spécial ; ensuite, les objets d’art furent emballés par des spécialistes pour être expédiés dans le Reich.

Durant la période de mars 1941 à juillet 1944, l’Etat-major spécial a expédié dans le Reich 20 grands envois comprenant : 137 fourgons chargés de 4174 caisses d’œuvres d’art.

Ces envois expédiés dans six abris du Reich furent déballés et mis en place avec toutes les précautions nécessaires à leur conservation et à leur protection contre les attaques aériennes et l’incendie. […] Jusqu’à la date du 15 juillet 1944, 21.903 œuvres d’art ont été dénombrées, comprenant :

5281 peintures, pastels, aquarelles, eaux fortes,

684 miniatures, peintures sur verre et émail, livres et manuscrits,

533 sculptures, terres-cuites, médaillons et plaques,

2477 meubles de valeur historique,

583 textiles (Gobelins, tapisseries, broderies, objets d’art coptique),

5825 objets d’art (porcelaines, bronzes, faïences, majoliques, céramiques, bijoux, pièces de monnaie, objets d’art garnis de pierres précieuses),

1236 objets d’art asiatiques (bronzes, sculptures, porcelaines, tableaux, paravents, armes),

239 objets d’art de l’antiquité (sculptures, bronzes, vases, bijoux, coupes, pierres taillées, terres-cuites).

Ce nombre n’est pas définitif étant donné que les saisies à l’Ouest ne sont pas achevées, et qu’il n’a pas été possible de faire l’inventaire d’une partie des objets, faute d’experts.

Il n’est pas possible d’exprimer en chiffres la valeur d’art et la valeur matérielle extraordinaires des objets saisis. […] » [44]

Réaction française : une protestation sur la forme

Les fonctionnaires de Vichy ne tentèrent que quelques molles protestations. Ils se contentèrent d’être les témoins des agissements allemands et de leur dynamisme rapace. A l’automne 1940, une mise au point éclairante est adressée aux Français par Utikal, le chef de l’ERR à Berlin. Il répond là aux protestations françaises et aux incident survenus avec les autorités d’Occupation au sujet des biens ayant appartenu notamment à des personnes déchues de la nationalité française par la loi du 23 juillet 1940 dont les biens devaient être administrés, conformément aux dispositions du 5 octobre (Statut), par les autorités françaises. Celles-ci devaient les placer sous séquestre en vue de leur liquidation et versement au profit de l’œuvre du secours national.

Jean Cassou a résumé les positions formulées par Utikal le 5 novembre 1940 – en substance : « l’État français n’avait pas acquis par son propre pouvoir la faculté de disposer des biens juifs ; il ne l’avait obtenue que par la victoire des armées allemandes, à laquelle, d’ailleurs, le gouvernement de Vichy devait sa propre existence. Celui-ci ne saurait, dès lors, contester au Reich national-socialiste un droit de priorité à disposer des biens juifs »[45]. Voilà exposé un « droit du plus fort ».

D’une manière générale, les autorités françaises ne réagissent pas au nom des valeurs, mais au nom de leurs prérogatives et contre les empiètements des Allemands. « Il ne s’agit donc point de protestations contre le principe même de l’expropriation, notamment de l’expropriation des biens juifs, mais uniquement d’un différend sur l’attribution ou la juste répartition de ce butin […] »[46]. En outre, les Allemands ont bien bénéficié de complicités à plusieurs niveaux de l’administration. Robert Scholz le précise d’ailleurs clairement. A noter également, durant la période, l’exercice du droit de préemption par les Musées nationaux lors de ventes aux enchères.

1943, Allemands, Français et la spoliation de la collection Schloss

Cette collection renommée, constituée de tableaux de peintres flamands et hollandais (333 tableaux) fut recherchée par les Allemands dès le début de l’Occupation[47]. En avril 1943, ils finissent par la débusquer en Corrèze où elle était cachée et s’en emparent, malgré une tentative de résistance d’une partie de l’administration française … contre une autre, le ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard, cédant devant les Allemands.

La collection est inventoriée à Paris en août 1943. Le Louvre exerce son droit de préemption sur 49 des 333 tableaux. Sur les 284 tableaux choisis par les Allemands, 262 sont destinés au musée d’Hitler. Alfred Rosenberg vint voir la collection en personne début novembre au Jeu de Paume ; à la fin de ce mois, elle est envoyée à Munich (230 tableaux, car 32 peintures manquaient à l’appel lors du départ des caisses). Par ailleurs, avant le dépôt, 22 tableaux ont été confiés à l’administrateur expert « Lefranc qui les a revendus à un mystérieux personnage sous le nom de Buittenweg, prétendu marchand hollandais, qui par la suite, et malgré toutes les enquêtes de police, ne put jamais être identifié. »[48]

 

Été 1944, la récupération du dernier transfert d’œuvres d’art

Elle se fait grâce à Rose Valland, en poste de mars 1941 jusqu’à la Libération, et qui a donc pu suivre le pillage durant une grande partie de la période. Grâce à ses renseignements, le dernier convoi fut arrêté en août 1944 par la résistance, en banlieue nord de Paris. Furent récupérées 148 caisses d’œuvres d’art moderne, relevant d’une pluralité de propriétaires juifs : « Cézanne, Gauguin, Modigliani, Renoir Dufy, Braque, Foujita, Degas, Toulouse-Lautrec, Vlaminck, Utrillo, Picasso, Segonzac, Marie Laurencin, Bonnard »[49].

En Allemagne, les troupes alliées retrouvèrent une partie des œuvres dans les lieux où elles avaient été dirigées, principalement en Bavière. A Munich, au sein du Führerbau, « Bâtiment du Führer » et dans plusieurs châteaux de Louis II (à Neuschwanstein, Hohenschwangau, Herrenchiemsee) ; dans le Bade Wurtenberg, au monastère de Buxheim ; en Autriche : château de Kogl et à Amstetten ; en République tchèque, à Nickolsbourg. En mai 1945, en Bavière, marchant vers Berchtesgaden, des unités américaines et françaises (la 2e DB de Leclerc) trouvent dans un tunnel cinq wagons du train qui a transporté́ depuis Carinhall les collections de Goering.

Le pillage des biens privés et publics fut qualifié de crime de guerre par le Tribunal militaire international de Nuremberg. Le domaine de l’art, qui peut être jugé secondaire en comparaison des violences extrêmes perpétrées, traduit néanmoins l’idéologie nazie et son projet. L’émergence du pillage-spoliation dans le cadre de l’Occupation, en violation de toutes les conventions sur la propriété, manifeste déjà une négation totale, un des prémisses de l’exécution de l’assassinat.


Bibliographie

– Emmanuelle Polack, Le marché de l’art sous l’Occupation, 1940-1944, Taillandier, 2019

 

 

 










Les carnets de Rose Valland. Le pillage des collections privées d’œuvres d’art en France durant la Seconde Guerre mondiale par Emmanuelle Polack et Philippe Dagen, Fage Editions, 2019 [2011]

 

 

 









– Jean-Marc Dreyfus et les Archives diplomatiques, Le catalogue Goering, Flammarion, 2015

 

 












– Hector Feliciano, Le Musée disparu. Enquête sur le pillage des œuvres d’art en France par les nazis, Galimard, 1995

 

 











– Nicholas H Lynn, Le pillage de l’Europe, Les œuvres d’art volées par les nazis, Seuil, 1995

 

 













– Laurence Bertrand Dorléac, L’art de la défaite (1940-1944), Seuil, 2010 ; [1993]

 













– Jean Cassou, Le pillage par les Allemands des œuvres d’art et des bibliothèques appartenant à des Juifs en France, (2ditions du CDJC, 1947)

 

 

 










– Rose Valland, Le front de l’art. Défense des collections françaises (1939-1945), édition revue, RMN, 2014,

 

 

 

 

 





[1] Elle dure jusque début novembre 2019. Un ouvrage d’Emmanuelle Polack, commissaire de l’exposition, accompagne l’exposition, Le marché de l’art sous l’Occupation, 1940-1944, Taillandier, 2019.

[2] Notamment, collections Seligmann, Rosenberg, Bernheim-Jeune, David-Weill, Schloss, Kann, Gimpel, Wildenstein, Édouard de Rothschild.

[3] Sur le sujet des arts durant la période, en France : Laurence Bertrand Dorléac, L’art de la Défaite, 1940-1944, Seuil, [1993], 2010

[4] E. Polack, Le marché…. op. cit., p.186 ; un ouvrage récent aborde la question des bibliothèques : Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ?, Dir. Martine Poulain, Presses de l’Enssib, 2019.

[5] E. Polack, Le marché…. op. cit., p.195.

[6] Lors du 53e anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv.

[7] Un rapport spécifique est publié sur ce dossier : Jean Mattéoli, Isabelle le Masne de Chermont, Didier Schulmann, Le pillage de l’art en France pendant l’Occupation et la situation des 2000 œuvres confiées aux musées nationaux, Contribution de la direction des Musées de France et du Centre Georges Pompidou aux travaux de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, la Documentation française, Paris, 2000. Emmanuelle Polack donne des détails sur ces 2000 œuvres, Le marché…, op. cit., p.196. 

[8] A la suite notamment des rapports de David Zivie (sur la gestion des spoliations présentes dans les institutions nationales) et Marc Laménie (sur l’activité de la CIVS).

[9] Rose Valland a publié ses mémoires en 1974 (republiées en 2014) : Le front de l’art. Défense des collections françaises (1939-1945), édition revue, RMN, 2014 ; L’édition de ses carnets par Emmanuelle Polack et Philippe Dagen, Les carnets de Rose Valland. Le pillage des collections privées d’œuvres d’art en France durant la Seconde Guerre mondiale, Fage Éditions, 2019 (édition initiale en 2011).

[10] « Rapport de M. Jaujard sur les activités de Rose Valland pendant la guerre. Activités dans la Résistance de mademoiselle Rose Valland, Conservateur des Musées nationaux. », Ibid., pp.55-59.

[11] Le pillage par les Allemands des Œuvres d’art et des bibliothèques appartenant à des Juifs en France. Recueil de documents, CDJC, Série « Documents », n°4, Éditions du Centre, 1947, pp.39-74. Jean Cassou fut inspecteur des Monuments historiques, conservateur au Musée d’Art moderne, écrivain ; grand résistant, il l’est l’un des Compagnons de la Libération.

[12] Ibid., p.39.

[13] Connues notamment par les photographies qui gravent le moment des déménagements (Laure Albin-Guillot, Pierre Jahan, Marc Vaux, cité par E. Polack, p.188).

[14] Les carnets…, op. cit., pp.21-22.

[15] Il est révoqué en juin 1942. Après la guerre, Jacques Jaujard défend son action. Il est décoré de la Légion d’honneur par le général de Charles de Gaulle en 1952.

[16] Les carnets…, op. cit., pp.16-19 ; E. Polack, Le marché…, op. cit., pp.25-29.

[17] Le pillage, op. cit., p.5.

[18] L’inventaire de sa collection a été retrouvée à la fin de la guerre, elle comportait 1376 tableaux et œuvres sur papier, 250 sculptures et 168 tapisseries, Le catalogue Goering, Jean-Marc Dreyfus et les Archives diplomatiques, Flammarion, 2015.

[19] Il s’agit d’Alfred Rosenberg, théoricien du nazisme, à ne pas confondre avec Paul Rosenberg, marchand d’art, grand-père d’Anne Sinclair dont l’ouvrage qu’elle lui a consacré est présenté ci-après dans ce bulletin : 21 rue de la Boétie, Éditions Grasset & Fasquelle, 2012. En 2017, le musée Maillol lui avait consacré une exposition.

[20] A Berlin, la structure est sous la direction de Georg Ebert puis de Gerhard Utikal.

[21] Les carnets…, op. cit., p.32.

[22] Première législation allemande : Ordonnance du 27 septembre 1940 qui édicte un premier statut allemand des Juifs, sur la base religieuse et raciale, ainsi que le recensement des Juifs (fichier Tulard), et prévoit des dispositions concernant l’apposition obligatoire d’un écriteau « Juif » sur les devantures des magasins ; interdiction d’un retour en zone occupée pour les juifs qui l’ont quittée ; Ordonnance du 18 octobre 1940 : plaçant sous séquestre les entreprises et biens appartenant aux Juifs absents ou arrêtés, dite ordonnance d’Aryanisation.

Première législation française, notamment Loi du 22 juillet 1940 qui révise les naturalisations intervenues depuis 1927 (concerne 6000 Juifs sur 15 000 personnes) ; Loi du 23 juillet 1940 sur la déchéance de nationalité des Français ayant quitté la France ; jusqu’au premier Statut des Juifs, du 3 octobre 1940 : qui exclut de la fonction publique de l’État, de l’armée, de l’enseignement et de la presse.

[23] E. Polack, Le marché…, op. cit. p. 67.

[24] Ibid., p.43.

[25] Ibid., pp. 26-27.

[26] Le pillage…, op. cit., « Document 1 », p.77.

[27] Convention de la Haye de 1907, article 46, qui stipule : « L’honneur et les droits de la famille, la vie des individus et la propriété privée, ainsi que les convictions religieuses et l’exercice des cultes, doivent être respectés. La propriété privée ne peut pas être confisquée ».

[28] E. Polack, Le pillage…, op. cit., « Document 3 », p.79.

[29] Les carnets de Rose Valland, op. cit., p.19.

[30] Le pillage…, op. cit., « Document 6 », p. 84.

[31] Ibid., « Annexe I », p.86.

[32] Ibid., « Document 7 », op. cit., p.85.

[33] Les carnets…, op. cit., p.19.

[34] E. Polack, Le marché…, op. cit., p.31.

[35] Le pillage …, op. cit., pp.108-109.

[36] Rapport de Rosenberg à Hitler, Le pillage…, op.cit., p.121.

[37] Les carnets…, op. cit. pp.36-37.

[38] E. Polack, Le marché…, op.cit, pp.86-87.

[39] Ibid., p.37.

[40] Les carnets…, op. cit., p.50.

[41] E. Polack, Le marché…, op. cit., p.136.

[42] Paul Rosenberg y retrouva quelques-unes de ses toiles après la guerre.

[43] Les chiffres estimés alors sont éloquents sans être sans doute totalement exacts. Les carnets…, op. cit. p. 46.

[44] « Rapport de Robert Scholz, Bereichsleiter, Chef du groupe spécial pour la peinture. », « Document 20 », Le pillage…, op. cit., pp.122-126.

[45] Le pillage…, op. cit., p.72.

[46] Ibid., p.68.

[47] https://www.diplomatie.gouv.fr/sites/archives_diplo/schloss/index.html

[48] Citation sur le site Internet, note précédente.

[49] Les carnet…, op. cit., p.44