Les Disparitions d’Anna Langfus, Jean-Yves Potel, Editions Noir sur Blanc, 2014

Gabrielle Napoli

A la recherche d’Anna Langfus[1] 

            Faire ressurgir un personnage littéraire majeur, mystérieusement tombé dans l’oubli, voilà le principal dessein de cet essai biographique écrit par Jean-Yves Potel, Les Disparitions d’Anna Lagfus. Et aux disparitions de l’écrivain Anna Langfus succède une réapparition efficace et émouvante, qui permettra, c’est notre souhait, de trouver de nouveau ses ouvrages, pour le moment épuisés, en librairie.

C’est à la demande de quelques chercheurs polonais que Jean-Yves Potel, spécialiste d’Europe centrale, s’est lancé sur les traces d’une mystérieuse romancière, Anna Langfus. Elle fait partie de la première génération d’écrivains à écrire sur la guerre et sur la Shoah, en revendiquant une écriture fictionnelle. Née en Pologne à Lublin en 1920, dans un milieu juif assimilé ou en voie de l’être, elle fait ses études à l’étranger, mais elle est prise au piège de la guerre, en août 1939 et vit, pendant cinq ans, la tragédie des ghettos, de la terreur et de la mort omniprésentes. L’ouvrage de Jean-Yves Potel retrace le plus précisément possible ces années terribles, en s’appuyant sur des documents d’archives, des témoignages recueillis au fil de ses recherches et rencontres, mais aussi sur les romans et pièces de théâtre de l’écrivain. Le contexte historique est reconstitué avec précision et simplicité tout à la fois, ce qui permet au lecteur de se situer dans une histoire qu’il connaît parfois de manière lacunaire. La résistance polonaise par exemple, réalité historique complexe s’il en est, à laquelle a participé Anna Langfus, est exposée de manière précise et fouillée, tout comme les relations entre les Polonais et les Juifs de Pologne pendant la guerre. Jean-Yves Potel interroge cette période en gardant toujours présents les textes littéraires écrits ultérieurement par Anna Langfus, et opère ainsi un va-et-vient constant entre l’Histoire, l’œuvre littéraire, et les témoignages. C’est de cette confrontation fructueuse que naît Les Disparitions d’Anna Langfus, et l’essai biographique s’enrichit de plusieurs domaines de réflexion, tous complémentaires. Jean-Yves Potel doit parfois confronter des informations contradictoires, notamment sur l’établissement de la chronologie, mais il s’aide alors de ses romans. La littérature complète ainsi la réalité, lorsqu’elle ne la remplace pas. Ce qui nous frappe est le silence d’un écrivain au sujet d’éléments essentiels, comme la disparition de ses parents, silence que cet essai biographique comble maintenant, tout en respectant une marge de silence, celle que l’écrivain a fait sienne, dans le travail de reconstruction et de recomposition romanesques.

Anna Langfus arrive en France en 1946, dans un monde en plein renouveau, munie de très peu de bagages et de quelques adresses. C’est alors le début d’une nouvelle vie, d’une nouvelle langue (elle connaissait toutefois le français qu’elle avait appris en Pologne), de nouvelles rencontres et surtout de l’écriture. Elle fait preuve d’une vitalité extraordinaire, incarne cette volonté profonde de vivre des rescapés. Jean-Yves Potel met en lumière cette énergie folle et nous l’accompagnons, pas à pas, dans cette lente mais sûre reconstruction. La jeune femme se lance dans le théâtre, comme comédienne d’abord, au cours Gaillard, où elle fait de multiples rencontres et se passionne pour les échanges vifs autour de l’art dramatique. Tout naturellement, elle se tourne vers l’écriture théâtrale, et tout naturellement aussi elle écrit en français, travaillant en étroite complicité avec son grand ami Maurice Fickelson. Ses premiers textes, dont Jean-Yves Potel donne des extraits qu’il analyse avec beaucoup de minutie, contiennent en germe les romans à venir : ils permettent une réflexion sur le passé et la possibilité de l’écrire, dans une volonté manifeste de s’adresser à l’autre, au spectateur, en tous les cas à un destinataire. Aborder l’écriture romanesque pour témoigner, pour transmettre, c’est la difficulté rencontrée par Anna Langfus, qui souhaite « rester fidèle à une vérité », dont elle n’est pas « l’unique dépositaire ». Il n’y pas de fuite possible du passé, ce passé qu’on porte en soi « comme si on portait un enfant mort dont on ne peut accoucher. » Ces mots d’Anna Langfus, qu’elle a finalement retirés de sa pièce Les Lépreux, peuvent éclairer le projet littéraire de l’auteur. Le passé est omniprésent, mais on le porte en soi, et la littérature, par l’alchimie qui lui est propre, le transforme en œuvre. Ainsi, les difficultés sont surmontées et la victoire est éclatante en 1962, lorsqu’elle reçoit pour son roman Les Bagages de sable le prix Goncourt. L’accueil réservé par les lecteurs au roman manifeste un début de prise de conscience, par les Français, du sort qui a été réservé aux Juifs pendant la guerre. En cela, l’œuvre d’Anna Langfus participe à un processus long et complexe, et c’est ce que le travail de Jean-Yves Potel dans cet essai biographique met au jour.

En prenant comme point de départ la disparition du personnage des champs littéraires et intellectuels français, Jean-Yves Potel ne se contente pas de faire découvrir ou redécouvrir un écrivain exceptionnel. Certes, en lisant cet essai biographique, nous connaissons l’histoire d’une femme au destin exceptionnel, exception sur laquelle le biographe met l’accent, et nous entendons l’admiration qu’il porte à cet écrivain, doublée d’une tendresse parfois quasi paternelle. La bienveillance est de mise, Anna Langfus a trouvé en Jean-Yves Potel un défenseur convaincu et convaincant. Nous ne doutons pas que le désir de la lire naîtra de la lecture de ses disparitions. Mais il ne s’agit pas que de cela… L’auteur interroge la manière dont un écrivain s’empare de la réalité, si terrible soit-elle, pour la transformer en littérature, la manière dont l’œuvre littéraire devient le dépositaire de la vérité, et dont cette œuvre littéraire est hantée par ce qui ne peut être dit, silences fantomatiques qui sont parties prenantes de cette vérité, celle de l’expérience intime de la Catastrophe, qui se fait alors expérience littéraire.


[1] Article paru dans La Nouvelle quinzaine littéraire, n°1103, 16 avril 2014.