Roms, tsiganes, nomades. Un malentendu européen, sous la direction de Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto, Éditions Karthala, 2014

Article publié dans La Nouvelle quinzaine littéraire, 1er août 2014.

Gabrielle Napoli

Un ouvrage essentiel vient de paraître : Roms, tsiganes, nomades. Un malentendu européen. Ce volume collectif, dirigé par Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto est issu d’un colloque international qui s’est tenu à Paris et à Pau à l’automne 2011, colloque interdisciplinaire d’une ampleur sans précédent sur le sujet. La réflexion part d’un constat : celui de la persistance de la présence de mondes tsiganes depuis plusieurs siècles en Europe, en dépit des différentes politiques qui ont visé à exclure ces populations, ou à les éloigner, en tant que « minorité ethnique », sans jamais les protéger. La situation est alarmante aujourd’hui, nul ne peut s’en cacher et c’est aussi dans cette actualité de la « question rom », expression qui résonne sinistrement à nos oreilles, que des chercheurs de plusieurs pays et de plusieurs disciplines ont décidé de réfléchir.

 Un des principaux intérêts (mais ils sont très nombreux) d’un tel ouvrage est la manière dont la réflexion s’élabore : s’il s’agit bien d’une question politique, l’ouvrage nous permet de la replacer dans une histoire culturelle et européenne. Il a pour but de démêler de nombreux malentendus, au sens le plus fort du terme, corrélés à la présence « tsigane » en Europe, en clarifiant la relation qui existe entre « deux persistances énigmatiques : d’un côté celle de “l’antitsiganisme” européen, projection raciale et sociale ambivalente, étonnamment continue ; de l’autre celle d’une singularité anthropologique liée à une langue instable et des formes de vie qui ont perduré plusieurs siècles sans s’inscrire ni dans une grammaire écrite, ni dans une historiographie, ni dans une tradition littéraire commune ». Une très riche introduction permet d’aborder la lecture de l’ouvrage muni d’importants outils de réflexion, et le lecteur appréciera tout particulièrement la mise au point, plus que bienvenue, sur les différents termes usités au cours des époques, « Tsiganes, Roms, Nomades ». La réflexion sur la manière dont on passe d’un discours social à un discours racial, en partie par la criminalisation d’un mode de vie, est également très éclairante. Il s’avère plus que jamais nécessaire de penser aujourd’hui une autre anthropologie, aux antipodes d’une « obsession classificatoire, d’un besoin entêtant de nommer et de définir des populations insaisissables, de leur assigner une origine commune ».

L’ouvrage s’ouvre, dans une première partie, sur des travaux d’historiens qui examinent le déni dont font l’objet la persécution et l’élimination des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Différents pays et différentes périodes sont abordés, de l’avant-guerre à la période qui a suivi la Libération. Les explications d’Henriette Asséo sur les raisons qui ont empêché les historiens de travailler, pendant des décennies, sur l’importante documentation ayant trait au génocide des Tsiganes, est utile pour comprendre un vide historiographique a priori incompréhensible.

La deuxième partie étudie la « question rom » en Europe. Là encore, des mises au point indispensables, notamment lexicales, celle de Leonardo Piasere par exemple, qui tente de donner une définition de « l’antitsiganisme », néologisme qui recouvre une notion ancienne. La notion de « peuple » convoquée systématiquement, lorsqu’il est question des Roms en Europe, est interrogée de manière stimulante par Marie Cuillerai, qui s’appuie sur la réflexion menée par Giorgio Agamben dans Moyens sans fins. Elle met au jour les apories de la notion, particulièrement visibles lorsqu’il s’agit de parler des populations « roms », déchirées entre singularités effectives et catégorisations abusives. Appartenance et désappartenance, à un peuple, à l’Europe, voilà un des aspects du « malentendu européen » que Catherine Coquio entreprend de démêler en recourant à deux textes fondamentaux de Fernand Baldensperger et Edmund Husserl. D’autres articles reviennent sur des points précis de l’actualité, notamment celui de Sylvaine Guinle-Lorinet qui étudie la réception par l’opinion catholique des différentes interventions des évêques en France à l’été 2010 pour protester contre la politique menée à l’encontre des Roms, à la suite d’un fait divers, et les effets de brouillage auxquels elles ont donné lieu ou l’article de Michael Stewart qui fait le lien entre le populisme et les « politiques européennes de différences culturelles ». Samuel Delepine explique la manière dont les Roms sont devenus un objet politique, en partie à cause de l’ethnicisation de questions sociales et d’une catégorisation à tout va de différents groupes en une seule entité, qui relève d’un mythe.

La troisième partie, « Un exotisme européen ou la construction de soi et de l’autre », s’articule autour de trois axes. Le premier se situe dans une perspective imagologique. Entre autres contributions, nous signalerons le propos d’Ilsen About qui montre la manière dont les photographies des Tsiganes prises entre 1880 et 1914 donnent lieu à une « fabrique visuelle de l’exclusion ». Nicolas Geneix s’intéresse à la représentation du tsigane dans le cinéma hongrois, et Evelyne Toussaint réfléchit aux différentes images du Tsigane à l’œuvre dans l’imaginaire occidental : « le merveilleux est-il l’opium de la pensée critique ? ». Le deuxième axe traite des rapports entre « Roms » et « Gadjé ». Le troisième axe de cette troisième partie fait la part belle à la littérature. Jean-Luc Poueyto va à l’encontre du préjugé trop souvent admis, et assez exotique, de la tradition orale ou de l’illettrisme en montrant qu’il existe des pratiques de l’écriture qui brisent les catégorisations systématiques dont les Tsiganes font l’objet. Et c’est aussi l’occasion de (re)découvrir Papusza, première Tsigane polonaise dont les textes ont été publiés en romani et traduits en polonais après la guerre, ce qui l’a conduite à la marginalisation au sein de son groupe. Jean-Yves Potel lève le mystère de cette destinée tragique en démêlant ce qui relève du mythe et ce qui appartient à la réalité historique. C’est sur cette question de l’exclusion du groupe, et de la légitimité de la parole que réfléchit Tiphaine Samoyault, autour du roman Zoli de Colum McCann. Lorsque le témoin ne peut témoigner, un autre témoin peut-il prendre à son compte cette parole qui ne peut se dire ? Autrement dit, un témoignage sur le porraimos[1] peut-il être fait par un non-Tsigane ?

Il est difficile de donner une vision exhaustive d’un ouvrage qui se distingue tant par la richesse de ses articles que par la diversité des champs disciplinaires abordés, et ce sur un sujet complexe qui devrait tous nous passionner. Ce volume nous invite à réfléchir collectivement à ce que l’on attend de l’Europe pour l’ensemble de ses citoyens, et cet article aimerait avoir convaincu de l’absolue nécessité de sa lecture.


[1] Mot romani qui désigne le génocide des Tsiganes.