L’espérance d’un baiser, Raphaël Esrail

La parole voilée : dire la barbarie à l’usage des jeunes

Christine Darnault, Marie-Laure Lepetit[1]

Résumé 

Cette ressource vise à construire une séquence autour de ce récit de vie publié en 2017. L’étude de la photographie de la première de couverture peut amener la classe à définir deux problématiques possibles : une problématique générique, celle du témoignage historique comme contrepoint au romanesque ; une problématique de registres, de tonalité et de thématiques : la barbarie versus l’espérance. Par ailleurs, deux corpus de textes permettent de traiter deux grandes thématiques : dire l’horreur de manière à éclairer les jeunes lecteurs ; l’humanisme sauvegardé de Raphaël Esrail. 

 

Entrées d’index
Mots clés : amour ; entraide ; jeunesse ; humanisme ; lire et étudier ; parole pédagogique ; résistance ; solidarité 

Index géographique : Lyon, Biarritz, Drancy, Auschwitz, Birkenau

Discipline : français

Niveau : 3ème


Plan
I Pour aider le professeur à penser le texte

       1.Réflexion générique

      2.La structure du livre qui repose sur l’art du contrepoint

II Comment construire une problématique avec les élèves ?

III Propositions de textes à lire et à travailler en classe

IV Documents complémentaires

 


Le témoin 

Né en 1925, Raphaël Esrail, résistant au sein du réseau des Eclaireurs Israélites de France, est arrêté à Lyon par la Gestapo en janvier 1944. Il est déporté à Auschwitz au début février de la même année.

A la lecture de L’espérance d’un baiser, nous avons eu l’intime conviction que son auteur l’avait écrit en pensant à la jeunesse. En fermant ce livre, nous nous sommes dit : « Voilà un récit qu’il est possible de mettre dans les mains d’adolescents malgré l’horreur dont il témoigne ». Et c’est la marque des différents témoignages oraux de l’auteur dans les classes comme soubassement de l’écriture que cette proposition de parcours de lecture entend mettre à jour.

C’est en partant de cette réception que nous avons décidé de travailler : qu’est-ce qui fait de cette œuvre, qui pourtant dépeint la barbarie la plus odieuse, une œuvre « à l’usage des jeunes » ? Cette entrée dans l’œuvre permet de définir la démarche d’un témoin résolument tourné vers l’avenir.

Tout ce qui suit visera à démontrer comment ce livre est le produit de tous les témoignages antérieurs que l’auteur a réalisés auprès de jeunes, comment petit à petit s’est créé LE livre à écrire pour des jeunes élèves, un livre lisible par eux parce que positif en dépit de tout, pétri par les valeurs humanistes, suffisamment sobre et pudique pour ne pas être trop impressionnant, paralysant, un livre qui n’empêchera pas la parole, la réflexion, les échanges.

    I Pour aider l’enseignant à penser ce texte

1.1 Réflexion générique : un texte qui se situe à la frontière entre…
–  le discours historique aux références précises[4],
– le témoignage écrit, très a posteriori, 70 ans plus tard, probablement la distance nécessaire pour pouvoir l’écrire, très clair, très construit, dont le soubassement semble être les témoignages oraux que l’auteur a réalisés dans les classes,
– et le romanesque (le romantisme, présent dès le titre, l’histoire d’amour même si la scène de retrouvailles est éludée par pudeur, la dimension cinématographique de certaines scènes…).

  • Les dimensions pédagogique et romanesque de ce récit rendent la vérité terrible dont il témoigne audible pour la jeunesse.

 

1.2 La structure du livre qui repose sur l’art du contrepoint porte la marque de cette hésitation générique et révèle la tonalité complexe mais finalement positive de l’œuvre.

L’objectif est bien de dire la barbarie, certes, mais en permanence de manière adoucie par

  • l’amour mis en scène de manière romanesque,
  • les valeurs positives mises systématiquement en évidence au fil de l’écriture, au fil des pages
  • la force de la vie, sans cesse réaffirmée[5],
  • l’élégance du récit et la pudeur de son auteur se matérialisant par un art consommé de l’ellipse, l’alternance de souvenirs personnels intimes et de retours à la chronologie des faits[6] : cette parole est respectueuse du cheminement du lecteur ; l’absence de commentaires est le signe de la confiance de son auteur : à chacun de s’emparer de ces silences pour les habiter et convoquer les valeurs qui sont à préserver, mobiliser, fortifier… 

Cette écriture, que nous pourrions qualifier de « parole voilée », en contrepoint permanent (barbarie versus adoucissement), est une parole profondément pédagogique, au sens où :

  • elle est pudique : sans jamais la cacher, elle adoucit la réalité pour mieux la faire comprendre,
  • elle explique,
  • elle est l’occasion de faire réfléchir, notamment sur la question des valeurs,
  • elle ne laisse pas le lecteur dans la désespérance.
  • « Il s’agit d’éclairer la jeunesse, de la fortifier »[7]

Les corpus de textes proposés ci-dessous peuvent servir à illustrer cette problématique de la parole pédagogique, caractéristique de l’écriture de Raphaël Esrail[8].

 

    II Comment construire une problématique avec les élèves ?

L’étude de la couverture pourrait amener les élèves à voir :

  • une photo qui dit la réalité mais en même temps la voile par la neige[9],
  • une photo qui dit l’histoire d’amour à la fois dans ce qu’elle a d’exaltant et de léger [10] (titre et exergue) mais qui dit aussi le poids de l’histoire qu’il faudra porter ensemble,
  • un titre romanesque versus un sous-titre historique,
  • un exergue qui tire vers le romanesque versus une photo qui tire vers l’historique e

Cette étude de couverture permettra alors de faire émerger deux problématiques possibles :

– le témoignage historique versus le romanesque (problématique générique) ;

– la barbarie versus l’espérance (problématique de registres, de tonalité et de thématiques).

 
    III Proposition de textes à lire et travailler en classe 

  • Corpus 1

Dire  l’horreur aux jeunes de manière à les « éclairer » : le témoignage écrit de Raphaël Esrail, une parole pédagogique ou « la force d’un récit de déportation, raconté sans pathos et sans haine »[11]

  • Le trajet : « En arrivant à la gare…mon esprit reste tourné vers mon amour » (pp.70, 71) 

La parole « voilée » se repère aisément dans cet extrait :

  • l’extrême pénibilité de la situation dépeinte est suggérée par le titre « trois jours dans un convoi de déportation » (à « l’imagination » du lecteur de faire son travail…), adoucie par des termes ou expressions qui ne sont pas angoissants comme « inconfort », « les voilà, nos pauvres corps » ou contenue, pour ne pas dire retenue, dans le silence des trois points de suspension, blancs du texte à combler par le lecteur.
  • la présence du romantisme là où l’on ne s’y attendrait pas : « Je me réfugie dans la pensée de Liliane… Durant ces trois jours, mon esprit reste tourné vers mon amour »
  • La descente de train (pp.73-74) 

Il en est de même dans cet extrait :

  • le récit est rapide (quelques lignes)
  • sans violence exprimée
  • il est essentiellement l’occasion de donner à réfléchir sur le concept de « libre arbitre »
  • La déshumanisation dans le camp : « Etre néant, mais être néanmoins … Leur langue dit et, en même temps, elle fait. » (pp.130-131)

Cet extrait montre comment l’écriture de Raphaël Esrail s’est construite à partir de ses témoignages oraux à destination d’élèves. La parole est pédagogique car :

  • elle explique, pose les concepts et les réalités concentrationnaires avec clarté et sans pathos: « Dans la ‘société mortuaire’ d’Auschwitz, nous sommes des condamnés, des êtres à tuer, des non-êtres » ; les commentaires de l’auteur sont brefs et sans fioritures : « Nous sommes des ‘pièces’, des Stücke. Leur langue dit et, en même temps, elle fait ».
  • l’extrait est structuré en contrepoint : au sein même d’un exposé qui explique et met en scène la barbarie et la déshumanisation (celle de la victime comme celle du bourreau), l’auteur dit aussi l’espoir, « fortement appuyé sur la raison »[12].
  • La marche de la mort : « Nos ridicules habits de prisonniers … vient à ma mémoire » (pp.159-160)

Cet extrait est de ceux qui frappent les imaginations par son caractère particulièrement littéraire :

  • des métaphores à fort effet d’hypotypose transforment les corps en « bloc de douleur », en « automates souffrants » qui « basculent et tombent comme en prière », en « femmes et hommes momifiés » ;
  • le rythme périodique descendant met en valeur la chute[13] (de la phrase et des corps) : « Les camarades sont contraints d’aller pieds nus sur la glace qui attaque et s’empare des pieds, petit à petit les jambes se raidissent à leur tour, les genoux se plient, les corps basculent et tombent comme en prière »

Et, là encore, comme pour adoucir la violence de la situation dépeinte, l’auteur évoque Victor Hugo et les bancs de l’école. Et si l’on prolongeait l’extrait de quelques lignes supplémentaires, l’on pourrait ajouter comme preuve à cette volonté de l’auteur de donner à son récit un peu de « douceur » la rencontre fugace avec Liliane empreinte encore de romantisme et de romanesque : « (…) incroyable ! Au clair de lune, je vois le visage de Liliane (…) ».

Cette irruption de figures ou textes littéraires en plein enfer peut faire penser au dialogue qui se noue entre Charlotte Delbo et Alceste, Electre, Antigone, Oriane dans Spectres, mes compagnons : « Les créatures du poète ne sont pas créatures charnelles, c’est pourquoi je les nomme spectres. Elles sont plus vraies  que les créatures de chair et de sang parce qu’elles sont inépuisables. Elles sont mes amis, nos compagnons, ceux grâce à qui nous sommes reliés aux autres humains, dans la chaîne des êtres et dans la chaîne de l’histoire » [14].

  • Corpus 2 

Le regard de Raphaël Esrail sur les hommes : un regard profondément humain.

Nombreuses sont les pages qui portent les valeurs positives que sont l’amour, la fraternité, la solidarité, l’humanisme, autant de contrepoints à la barbarie subie et décrite dans ces mêmes pages. Sa croyance en l’homme, malgré tout, c’est ce que l’auteur de ce récit entend transmettre à la jeunesse pour laquelle il écrit. Aussi, le jeune lecteur ne sortira pas abattu de la lecture de L’espérance d’un baiser, mais bien au contraire « fortifié » par cette leçon de vie. Raphaël Esrail, par ces pages, a sans aucun doute réussi ce à quoi il aspirait au plus profond de lui-même.

Pour travailler cet aspect de l’écriture, on pourra sélectionner quelques extraits dont :

  • « Boris a besoin d’aide […] Boris est tiré d’affaire » (pp. 106-107)
  • « Le dimanche suivant … l’intimité de sa douleur » (pp. 112-113)
  • « J’ai réussi à faire venir Liliane à l’usine… Son image ne me quitte pas et me réjouit » (pp. 116-117)
  • Courageuse Fanny (pp. 121-122)
  • « Ma blessure à l’œil » (pp. 127-129)
  • L’entraide au cœur de la marche de la mort (§2, p. 159)

On pourra parallèlement faire percevoir aux élèves que le regard porté sur les hommes, au retour, est sensiblement différent : une authentique compassion…sans aucune illusion : « La déportation m’a profondément changé. J’en prends conscience en déroulant le film de mon récent passé. Ma sensibilité s’est évanouie. Ma compassion demeure intacte (…) Je constate que je n’aime plus personne. (…) Mon cœur est sec. (…) La nature et l’art me touchent ; je respecte les hommes, mais dans l’indifférence. » [15] La vie dans le camp lui a permis d’apprendre l’indulgence : « L’école de vie qu’est le camp, lorsque l’homme est aux limites, demeurera toujours en ma mémoire et m’invitera à l’indulgence »[16], mais également la lucidité, un apprentissage sur lequel le dernier chapitre revient.

A l’issue de leur lecture, les élèves pourront revenir sur le récit de Raphaël Esrail en se demandant comment on survit à cette barbarie,  comment la vie peut l’emporter, malgré tout.

Des éléments de réponse seront à chercher autour des thèmes suivants :

– l’amour ;

– la parole [17], plus forte que le silence dont il est fait mention à plusieurs reprises comme menace qui plane sur l’auteur[18]. En effet, il a surmonté ce danger par le témoignage, notamment devant les élèves, et par l’écriture aujourd’hui[19] ;

– l’engagement auprès des jeunes et de l’institution scolaire mais également  dans la société[20], afin de porter haut et fort des valeurs toujours positives et la croyance en l’avenir : « Faisons en sorte, jeunes gens, Mesdames et Messieurs, tous ensemble, de mettre à bas ces barbelés »[21].

    IV Documents complémentaires[22]

– Vidéos du site « Mémoires des déportations » car ce témoignage est indissociable de ceux captés et diffusés sur le site. Voici quelques suggestions :

  • Alcan Louise (la solidarité comme source de survie) « Nous n’aurions pas survécu si nous n’avions pas gardé courage »
  • Vanryb Nathan – le typhus/ le revier
  • Altmann Jacques – « Jacques Klinger » – Solidarité émanant du « secrétaire général de formation allemande» – Bureau d’enregistrement des entrants.
  • Baron Charles – Personne n’est intact au sortir d’ici » et difficulté à témoigner (silence délibéré)
  • La solidarité et l’amitié : témoignage de trois amies Esrail Lilian, Grinspan  Ida, Rohatyn Léa 
  • http://memoiresdesdeportations.fr/video/sest-tout-de-suite-attachees-les-unes-aux-autres
  • Autre geste de solidarité devant la défaillance du corps mis à l’épreuve  : 

thème de l’évanouissement : http://memoiresdesdeportations.fr/video/lappel-une-amie-enceinte-sevanouissait

 

    Un autre témoignage écrit : Ida Grinspan, J’ai pas pleuré, dont Raphaël parle dans son livre : ce texte développe également une réflexion sur le témoignage dans l’institution scolaire. A lui seul le titre dit le refus du pathos ; en revanche, les faits sont racontés sans voile.

 

    Cinéma 
  • La vie est belle de Roberto Benigni, ou l’esthétique du contrepoint[23];
  • Auschwitz, l’Album, la Mémoire d’Alain Jaubert, France, 1984, 41 min
  • « Le travelling de Kapo» de Serge Daney in Trafic, n°4, automne 1992, Paris, P.O.L – Persévérance (entretien avec Serge Toubiana), Paris, P.O.L, 1994.
  • Images malgré tout de Georges DIDI-HUBERMAN, Paris, Editions de Minuit, 2003.

 

    Art contemporain : une installation de Boltanski, Persona ou Personnes, Réserve Canada ou sur la notion de contrepoint Réserve hamburger strasse.


[1] Nous remercions Caroline Coze et Anne Faurie-Herbert de leur précieuse collaboration

[2] « Il s’agit d’éclairer la jeunesse, de la fortifier contre toute tentation de rejet de l’autre, contre la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme et tous les avatars de l’obscurantisme » p.285.

[3] Cette adresse à la jeunesse rejoint bien le souhait exprimé dans les dernières lignes « d’un texte ouvert » ; elle est sans doute l’une des conditions de cette ouverture qui permet à son auteur de surmonter son «  insatisfaction «  devant  une «  histoire (la sienne) « ‘arrêtée’ par le moyen de l’écriture ».

[4] On rappellera que Raphaël Esrail a écrit ce récit en collaboration avec Isabelle Ernot, l’historienne de l’UDA.

[5] « Il faut tenir pour revoir la vie », p.136 ; « La vie cherche toujours à éclore », p.139.

[6] Pour exemple, pp. 63,69 et 80.

[7] P. 285.

[10] Au sens où cette histoire d’amour apporte une authentique légèreté au récit.

[11] P. 10.

[12] Ce contrepoint est à rapprocher de deux commentaires faits, l’un par Liliane et l’autre par Raphaël Esrail, sur la cruauté des kapos (p. 103, p. 132). On y retrouve cette volonté de s’interroger sur les raisons qui poussent des déportés à contribuer à l’aliénation. Cela fait également écho  à l’impact de cette expérience sur Raphaël Esrail : « Ma sensibilité s’est évanouie. Ma compassion demeure intacte… » (p. 195).

[13] Il serait intéressant, tout au long du texte, d’étudier ce que l’on pourrait nommer « l’art de la chute », l’une des caractéristiques de l’écriture de Raphaël Esrail dans ce récit.

[15] P. 195.

[16] P. 180

[17] La spécificité de chacune des voix rend compte de la nécessité de trouver une parole la plus juste possible, fidèle à ce que l’on est. La « voix » de Liliane demeure plus orale d’ailleurs : lorsqu’elle intervient, elle semble nous être directement adressée : « Oui cela s’est passé ainsi à Drancy » (p. 86). Cette complémentarité de « styles » est riche.

[18] La thématique du silence est récurrente dans ce récit, comme dans d’autres, et pourrait faire l’objet d’une étude à part entière. Cf le silence du père p.190 ; le silence du couple, p.201 (puis ce détour par le procès sur les biens spoliés dans la famille de Liliane) ; le silence avec leur fille, p.223. 

[19]  Il conviendra de revenir avec les élèves sur ce passage qui explique ce que représente pour les déportés revenus l’acte de témoigner : « Ce moment où nous sommes informés de ce qui se passe, ici, reste à jamais gravé. La petite fraction d’hommes et de femmes entrée au camp est systématiquement et immédiatement mise au courant de l’existence des gazages massifs. L’information n’est pas secrète ; c’est l’évidence du lieu. Chaque Juif pris dans ce périmètre de la mort sait ce qui l’attend, vivant au quotidien dans le couloir de la mort tout en étant témoin d’un crime inouï, qu’il ne pourra pas dénoncer puisqu’il doit mourir aussi. Condamné doublement au silence. Se loge là la conscience que peut avoir un rescapé de la valeur de son propre témoignage »

[20] On se reportera aux discours retranscrits dans les annexes.

[21] P. 285.

[22] Il s’agit ici de multiplier les supports, les discours sur un même événement, afin d’objectiver une réalité, approcher  une vérité plus historique.

[23]  On se reportera aux analyses qu’I. Kertész propose du film de R. Benigni in L’Holocauste comme culture, Actes Sud, 2009, pp. 156-159.