Les Amnésiques, Géraldine Schwarz, Flammarion, 2018

Marie-Laure Lepetit

 

Toutes les deux ou trois générations, lorsque la mémoire s’étiole et que les derniers témoins des massacres précédents disparaissent, la raison s’éclipse et des hommes reviennent propager le mal,
Olivier Guez.

C’était à la rentrée littéraire dernière. Sur les rayons des librairies, aux côtés de L’ordre du jour, qui obtiendra le Goncourt, et de La disparition de Josef Mengele, qui recevra le Renaudot, on trouve ce livre blanc cassé, à la jaquette arborant une photographie des années 30 où posent cinq personnages, quatre hommes et une femme, qui respirent l’aisance et le bien-être, le contentement de soi aussi peut-être. En guise de didascalie, on lit ces mots sur lesquels le récit de la journaliste franco-allemande débute : « C’étaient simplement des Mitläufer, ils marchaient avec le courant ».

Ces Mitlaüfer, ce sont ses grands-parents paternels, semblables à la majorité du peuple allemand de l’époque, ni victimes ni bourreaux, mais qui avaient accumulé les « petits aveuglements » et les « petites lâchetés qui, mis bout à bout, avaient créé les conditions nécessaires au déroulement de l’un des pires crimes d’État organisé que l’humanité ait connu ». C’est leur histoire que Géraldine Schwarz entend raconter dans ces pages, une histoire familiale pour mieux éclairer la Grande, l’histoire de leurs petits aveuglements et de leurs petites lâchetés -l’achat à bas prix en 1938 par son grand-père Karl d’une entreprise juive quand parallèlement Hitler faisait rêver sa grand-mère Lydia…-, mais également celle des dénis qui s’ensuivirent.

Comme à beaucoup d’hommes et de femmes nés dans les années 70 qui s’intéressent au nazisme, cette amnésie collective sur laquelle s’est reconstruite l’Europe d’après-guerre lui est insupportable : Géraldine Schwarz éprouve le besoin d’exhumer ce que ses grands-parents avaient enterré. Elle part alors à la traque de la mémoire historique. D’une plume fracassante de précision et d’acuité, elle démontre comment l’Allemagne d’après-guerre a souhaité tirer un trait sur son passé : quand des dizaines de milliers d’anciens nazis vivaient des jours heureux en Allemagne ou que 160.000 fonctionnaires, y compris ceux issus de la Gestapo et de la Waffen SS, avaient été réintroduits, le grand-père Karl refusait de réparer l’injustice qu’il avait commise envers la famille Löbmann.

Puis tout bascule : du déni on passe à l’obsession. Dans un chapitre admirablement construit, qui mêle au récit de l’intérêt de son père pour le IIIème Reich tout au long de son adolescence celui de l’action tenace du procureur Franz Bauer pour rétablir la nouvelle démocratie, Géraldine Schwarz nous fait assister aux événements majeurs de la traque des nazis : l’enlèvement d’Eichmann à Buenos Aires, le procès d’Auschwitz en 1963 et ses conséquences.

La journaliste franco-allemande nous livre ici un récit palpitant, extrêmement documenté, qui expose en termes clairs les rouages complexes de la machine. Navigant à travers l’Histoire de trois générations d’Européens dans des allers-retours constants entre les époques, elle nous met devant les yeux non seulement l’Europe d’hier mais celle dans laquelle nous vivons et évoluons aujourd’hui, une Europe qui héberge en son sein une Hongrie, capable d’inscrire dans ses programmes scolaires les œuvres d’un Jozsef Nyirö, écrivain fasciste, et d’un Albert Wass, auteur d’un poème-allégorie des juifs, intitulé « La conquête des rats. Une leçon pour jeunes Hongrois ».

En écho à la conclusion du livre d’Olivier Guez, Géraldine Scharwz achève ce voyage européen, long de 80 ans, sur ces mots : « Les nazis ne meurent jamais ».